Metex passe avec Bpifrance le cap de l’industrialisation

le 04/07/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La construction d’un site de production de composés biochimiques pour la société, en plein recentrage, représente un financement de 48 millions d’euros.

Bpifrance
Le fonds SPI, géré par Bpifrance, a été créé en 2015 pour remplir l’espace entre le capital-risque et la Bourse dans les projets industriels.
(DR.)

Cotée en Bourse mais boudée par les investisseurs en raison de son profil de société d’innovation, Metabolic Explorer (Metex) a eu recours au fonds Société de Projets Industriels (SPI), géré par Bpifrance, pour développer un projet déterminant: la création d’une unité de production de composés issus de matières premières végétales – en l’occurrence le propanediol (PDO), utilisé dans l’industrie cosmétique, et d’acide butysique (AB), dans la nutrition animale.

Concrètement, Metex, spécialisée dans les alternatives biochimiques aux procédés pétrochimiques, et SPI vont créer Metex Noovista, société commune dont Metex détiendra 55% et SPI le solde. Ils investiront au total 37 millions d’euros à due proportion. Tandis que SPI interviendra intégralement en fonds propres, Metex s’est engagé à apporter 17,2 millions en numéraire, ainsi qu’une licence exclusive valorisée par un montant initial et une redevance sur chiffre d’affaires d’environ 5%.

Metex va financer son apport grâce au produit de la vente à Evonik fin 2016 de ses actifs liés à la production de méthionine pour 45 millions d’euros, dans le cadre du recentrage de ses efforts sur la nutrition animale et la cosmétique – achevé en mars dernier avec le report du projet sur le monopropylène glycol mené avec le finlandais UPM, qui a entraîné une dépréciation de 7,6 millions d’euros.

Le projet total est valorisé 47,7 millions d’euros. La somme comprend 11 millions apportés en prêts et en apports non monétaires par les collectivités locales, l’Etat et le groupe Total. Le site sera en effet construit à Carling Saint-Avold, en Moselle, dans le cadre de la reconversion de cette ancienne plate-forme pétrochimique. Les protagonistes visent un démarrage de la production au début de l’année 2020, pour une capacité annuelle de 5.000 tonnes de PDO et de 1.000 tonnes d’AB.

«Heureusement qu’il y a SPI aujourd’hui, car la Bourse n’aime pas cette histoire et la prise de risque que représente l’industrialisation. L’intervention de SPI évite également d’avoir recours à une augmentation de capital, qui aurait dilué les actionnaires», indique Benjamin Gonzalez, PDG de Metex. Après avoir levé 52 millions d’euros via son introduction en Bourse en 2007 au prix de 8,40 euros par action, le titre Metex navigue depuis entre 2 et 3 euros. Hier, il a clos en baisse de 0,45% à 2,20 euros. «Le fonds SPI a été créé en 2015 pour remplir l’espace entre le capital-risque et la Bourse dans les projets d’industrialisation», confirme Magali Joëssel, responsable de SPI. Metex est le 7e investissement du fonds, doté de 800 millions d’euros.

A lire aussi