La Fed se montre plus confiante sur le front de l’inflation

le 01/02/2018 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Réserve fédérale a maintenu ses taux directeurs inchangés hier pour la dernière réunion de politique monétaire présidée par Janet Yellen.

La Fed à Washington, intérieur du building.
La probabilité implicite d’une hausse en mars des taux de la Fed atteint 99%.
(Crédit Fed.)

Les marchés n’ont pas été pris de revers. La Réserve fédérale (Fed) a maintenu hier ses taux directeurs dans la fourchette de 1,25% à 1,5% à l’issue de la réunion de son comité de politique monétaire, mais son ton plus optimiste sur l’inflation a cimenté les attentes d’une prochaine hausse de taux en mars.

Le communiqué publié à l’issue de la réunion présente peu de différences par rapport à celui de décembre où la Fed avait relevé pour la troisième fois de l’année d’un quart de point ses taux directeurs. La Réserve fédérale maintient ses perspectives positives sur l’économie américaine, soulignant que «les évolutions dans les domaines de l’emploi, des dépenses de consommation et de l’investissement des entreprises sont soutenues et [que] le taux de chômage est demeuré bas».

Des évolutions sont toutefois notables dans son discours sur l’inflation, dont la faiblesse récurrente a compliqué la tâche de la banque centrale ces derniers mois, la Fed indiquant qu’elle s’attendait à ce que l’inflation «remonte cette année». Elle a par ailleurs écrit que l’inflation allait «probablement se stabiliser autour de son objectif de 2%», un langage plus optimiste qu’en décembre où elle écrivait anticiper que le taux demeure «quelque peu en dessous» de son objectif. La Fed évoque également que «les mesures de compensation de l’inflation basées sur le marché ont augmenté au cours des derniers mois».

Décrivant ses perspectives économiques, la Réserve fédérale a par ailleurs indiqué s’attendre à ce que celles-ci «justifient des hausses graduelles supplémentaires des taux directeurs», incluant pour la première fois le mot «supplémentaires». «Cela leur ouvre la porte à quatre hausses, mais je ne pense pas qu’ils soient décidés encore», estime le chef économiste de Barclays, Michael Gapen. «Cela ferme la porte à deux hausses.» Le message a été bien reçu par les investisseurs. Si les marchés n’anticipent toujours pas plus de trois hausses cette année, la probabilité implicite d’une hausse de taux en mars a été portée à 99%, contre 90% hier.

Le communiqué ne fait pas mention des effets de la réforme fiscale sur l’économie, aussi il faudra attendre la publication des minutes de la réunion le 22 février pour savoir comment le comité en a discuté. Ce dernier a par ailleurs officiellement nommé Jerome Powell à sa tête. Il prendra les rênes de l’institution samedi avant une cérémonie d’investiture lundi. Sa première réunion en tant que gouverneur de la Fed, les 20 et 21 mars, sera suivie d’une conférence de presse.

Sur le même sujet

A lire aussi