NextStage AM prépare l’après-fonds fiscaux

le 27/12/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gérant spécialiste du private equity travaille à de nouveaux référencements de son unité de compte éligible à l’assurance vie et étudie l’épargne retraite.

NextStage AM prépare l’après-fonds fiscaux
NextStage AM veut développer ses relais de croissance sur l’assurance vie et l’épargne retraite.
(Crédit Fotolia.)

NextStage AM place ses pions pour l’après-ISF. Alors que la suppression du dispositif de réduction d’impôt sur la fortune pour investissement dans les PME va pousser les spécialistes des fonds fiscaux à se réinventer, la société de gestion veut développer ses relais de croissance sur l’assurance vie et l’épargne retraite. Ce mouvement s’appuiera notamment sur NextStage, la société d’investissement éponyme cotée fin 2016, dont 30 millions d’euros de capital provient de NextStage Croissance. Commercialisée depuis juillet 2016 par Axa, cette unité de compte en private equity est désormais également distribuée par Spirica (Crédit Agricole Assurances) et l’assureur Apicil.

«Nous sommes en discussion avec d’autres réseaux pour proposer l’unité de compte NextStage Croissance dans leurs contrats d’assurance vie, indique Jean-David Haas, directeur général de NextStage AM et gérant du véhicule NextStage. Pour compléter cet axe de développement ouvert par la loi Macron, nous travaillons également sur l’épargne retraite. Le Perco n’est pas encore directement éligible au private equity mais cela sera en revanche possible via notre véhicule coté. La duration moyenne de l’épargne retraite étant de 21 ans, le capital développement permettrait d’aligner et de réconcilier l’intérêt des investisseurs et celui des entrepreneurs.»

Effet ciseau de la réforme de l’ISF 
à partir de 2018

Selon les dernières statistiques de l’Afic, les levées des fonds fiscaux (FIP et PCPI) ont totalisé 967 millions d’euros lors de la campagne 2016, dont 516 millions au titre des réductions d’ISF et 451 millions au titre des réductions d’IR. La suppression de l’ISF va massivement toucher la profession, puisque seulement 32% des acteurs étaient exclusivement spécialisés sur l'IR. Alors que l’industrie espérait un coup de pouce marqué sur les réductions IR, la réduction d’impôt n’a finalement été portée que de 18% à 25%, tandis que le plafond des niches fiscales de 10.000 euros a été maintenu. Cette disposition n’a en outre pas été sanctuarisée sur le long terme.

«La réforme de l’ISF va conduire à une restructuration des acteurs des fonds fiscaux car ils vont être confrontés à un effet ciseau à partir de 2018. Les fonds fiscaux ont beaucoup collecté entre 2006 et 2010, et l’arrivée à échéance des véhicules historiques va se traduire par une baisse des commissions alors même que les charges continuent à monter», souligne Jean-David Haas, qui anticipe des regroupements. Début mars, le spécialiste du crédit Eiffel Investment avait annoncé l’acquisition de la boutique Alto Invest.

Sur le même sujet

A lire aussi