Quatre fonds et un groupe chinois lorgnent Marc Orian et Histoire d’Or

le 17/03/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Bain, PAI, Pamplona et TDR Capital sont candidats au rachat du français Thom Europe. L'enseigne de bijouterie pourrait être valorisée un milliard d'euros.

Quatre fonds et un groupe chinois lorgnent Marc Orian et Histoire d’Or
Une bijouterie parisienne de la marque Histoire d'Or du groupe Thom Europe.
(Photo DR.)

Thom Europe affole les compteurs du LBO en France. Le distributeur de bijoux et de montres, numéro un du secteur dans l’Hexagone grâce à ses marques Histoire d’Or, Marc Orian et TrésOr, pourrait atteindre le milliard d’euros de valorisation à l’occasion de sa mise en vente, engagée début 2017 par les banques Rothschild et Lazard.

Quatre acteurs de private equity et un «industriel» chinois sont encore en lice pour le deuxième tour d’enchères, a appris L’Agefi de sources concordantes. Les fonds sont Bain Capital, PAI Partners, le britannique TDR Capital et le russe Pamplona, qui s’apprête par ailleurs à céder le contrôle du groupe français de pompes funèbres OGF au canadien Ontario Teachers’. En revanche, Advent, un temps cité parmi les candidats potentiels, n’est plus dans la course. La remise des offres est attendue fin mars, même si, de sources financières, la proximité de l’élection présidentielle française et l’inconnue sur le vote Le Pen pourraient conduire certains candidats à temporiser.

Un levier proche de 6 fois

A l’appui de la transaction, Goldman Sachs aurait préparé un package de financement senior et subordonné, sur la base d’un levier minimum de 5,75 fois l’Ebitda. Thom Europe, qui a acquis l'an dernier l’italien Stroili, revendiquerait désormais un Ebitda un peu inférieur à 120 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires pro forma de 620 millions d’euros. «Pour une activité de distribution retail, qui plus est discrétionnaire comme la bijouterie, les niveaux de levier envisagés sont ambitieux», reconnaît un banquier. La dette de Thom Europe est constituée aujourd’hui d’une ligne obligataire d’échéance 2019, émise en 2014 et dont le nominal a été porté à 537 millions d’euros pour financer les dernières acquisitions du groupe. Elle est «portable» en cas de rachat de la société, mais seulement si le levier ne dépasse pas 4,75 fois l’Ebitda.

Le distributeur avait été valorisé autour de 600 millions d’euros en 2010 lors de sa création par rapprochement de Marc Orian et Histoire d’Or. Il est aujourd’hui détenu par Bridgepoint (60%), Apax Partners (25%) et son co-investisseur Altamir (10%), et Qualium pour le solde.

Sur le même sujet

A lire aussi