Les ETF ont porté la demande d’or en 2016

le 06/02/2017 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les investissements dans le métal jaune ont largement compensé l’affaiblissement de la demande en joaillerie sur l’ensemble de l’année.

lingots d’or.
Les achats de lingots et de pièces ont rebondi en fin d’année.
(Crédit Fotolia.)

A l’instar de nombreux marchés, celui de l’or a connu deux périodes en 2016, avant et après l’élection de Donald Trump. Le prix du métal jaune a grimpé de 25% sur les trois premiers trimestres, avant de céder une bonne part de ses gains en novembre et en décembre, pour terminer l’année en hausse de 8%. Les achats de pièces et de lingots ont rebondi en fin d’année, tout comme la demande en joaillerie, soutenus par la baisse de prix.

Les ETF basés sur l’or ont quant à eux engrangé une collecte historique sur les dix premiers mois de l’année, avant deux mois de forte décollecte. Au total, la demande en or s’affiche en hausse de 2% sur l’année, à 4.309 tonnes, montre le rapport annuel du World Gold Council publié vendredi.

La meilleure année depuis 2009

Les achats d’or liés à l’investissement ont ainsi augmenté de 70% en 2016 à 1.561 tonnes, largement portés par les ETF qui ont acquis 532 tonnes d’or l’année dernière après avoir vendu pour 128 tonnes en 2015. Il s’agit de leur meilleure année depuis 2009. A la fin octobre, les achats nets des ETF atteignaient 750 tonnes, soutenus par les craintes de déflation et la prolifération de taux d’intérêts négatifs, avant que l’élection de Donald Trump et le pari d’un retour de l’inflation poussent les investisseurs à se désintéresser de l’or. Les particuliers chinois ont profité de la baisse de prix de fin d’année pour acquérir des lingots et des pièces, même si la demande a été limitée par les contrôles de capitaux plus importants progressivement mis en place par les autorités.

La baisse de prix du métal précieux en fin d’année a permis de limiter l'érosion de la demande en bijouterie, qui affiche tout de même en 2016 une chute de 15% à 2.041 tonnes, au plus bas depuis sept ans. Cette contre-performance est liée à la faiblesse des deux principaux marchés mondiaux, en Chine et en Inde, où le reflux de la demande en joaillerie a respectivement atteint 17% et 22% sur un an. Les banques centrales ont quant à elles continué à acheter plus d’or qu’elles n’en ont vendu pour la 7e année consécutive, mais à 383 tonnes, leurs achats ont enregistré une baisse de 33% sur un an.

Si les mineurs ont maintenu stable leur production, à 3.236 tonnes, les prix élevés de l’or ont augmenté l’attractivité du recyclage, qui a augmenté de 17% à 1.308 tonnes. La hausse du prix moyen en 2016 a toutefois relancé l’intérêt des producteurs dans l’exploration, et de nouveaux projets de développement devraient voir le jour dans les années qui viennent.

Sur le même sujet

A lire aussi