Les ventes de blocs d’actions s’emballent

le 26/09/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La réunion de la Fed la semaine dernière a totalement débloqué un marché qui vit par à-coups depuis des mois.

Les ventes de blocs d’actions s’emballent
Les investisseurs retrouvent l’appétit pour le risque et les vendeurs ont intérêt à faire vite.
(Crédit Deutsche Bank.)

Les banquiers européens spécialisés en equity capital market (introduction en Bourse, vente de blocs…) n’avaient pas vu une telle journée depuis des années. Jeudi dernier, après la clôture des Bourses européennes, près de 1,5 milliard d’euros d’actions ont été vendues sur le marché par le biais de placements accélérés (accelerated bookbuilds), dont les 455 millions d’euros de titres Veolia cédés par la Caisse des dépôts ou les 230 millions d’euros de titres Moncler vendus par Eurazeo. Et en ajoutant l’augmentation de capital par placement accéléré réalisée par la banque espagnole Caixa, les volumes frôlent les 3 milliards d’euros en une seule journée.

Alignement exceptionnel

Si le marché avait repris dans les pays scandinaves ou en Grande-Bretagne, avec la vente par Advent et Bain le 7 septembre de 1 milliard d’euros d’actions WorldPay, la cadence s’est brusquement accélérée. «Après quelques jours compliqués sur les marchés au milieu du mois, le 21 septembre était identifié comme une date extrêmement favorable avec la réunion de la Fed qui, en l'absence de mauvaise surprise sur les taux, permettait de lever les hésitations des investisseurs», explique Pierre-Alexis Renaudin, responsable de l’ECM pour la France chez Morgan Stanley.

Signe de cet alignement exceptionnel des conditions de marchés, le placement Veolia a été réalisé par Citigroup et Morgan Stanley avec une décote extrêmement serrée de 1,9% par rapport au cours de clôture de jeudi. Sachant que l’action du groupe de services à l’environnement a progressé de 1,8% ce jour-là, la Caisse des dépôts n’a donc quasiment consenti aucune décote pour vendre ses titres. Vendredi, le cours de Veolia a fini à 20,30 euros, au-dessus du prix du bloc (20,22 euros).

Une excellente fenêtre

Dans le passé, les pics répétés de volatilité constatés depuis le début de l'année (craintes chinoises, Brexit...) «auraient bloqué le marché pour plusieurs mois. Désormais, les investisseurs s’y sont habitués et ont intégré cette alternance d’ouvertures et de fermetures», indique Jean-Baptiste Giros, co-responsable ECM France à la Société Générale. Les banques n’hésitent pas non plus à prévenir très en amont leurs clients de l’ouverture possible d’une fenêtre à venir.

Au-delà de ces à-coups, le marché de l’ECM est «bien ouvert», estime Valéry Barrier, responsable de l’ECM chez Citi pour la France et le Benelux : «les vendeurs profitent de niveaux de valorisation élevés et les investisseurs montrent un appétit retrouvé pour le risque comme le montre la faiblesse des indices de volatilité, sous le seuil des 20%». Les vendeurs ont également intérêt à aller vite. «Avec la perspective des élections américaines de novembre, qui pourraient apporter un peu de volatilité sur le marché, la période septembre-octobre peut constituer une excellente fenêtre pour céder une participation», prédit Jean-Baptiste Giros.

Sans compter qu'en face, les investisseurs disposent d’importantes ressources. «Avec les différentes acquisitions réalisées dans le courant du mois, les investisseurs auront récupéré près de 80 milliards de dollars de liquidités. Dans l’environnement de rendement actuel, ils ont intérêt à les réemployer rapidement», indique Pierre-Alexis Renaudin.

Sur le même sujet

A lire aussi