Verallia s’endette pour payer un dividende

le 13/06/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Racheté l'an dernier par Apollo et Bpifrance, le groupe verrier émet 500 millions d'euros de dette supplémentaire, notamment pour faire remonter 230 millions à ses actionnaires.

Verallia s’endette pour payer un dividende
Verallia est un leader mondial de l’emballage en verre pour les boissons et les produits alimentaires.
(Photo Verallia)

L’environnement de marché actuel incite à renforcer l’agressivité des montages financiers. Moins d’un an après l’émission destinée à financer son acquisition par Apollo et Bpifrance, Verallia revient sur le marché de dette high yield afin de payer un dividende à ses actionnaires. Sur les 500 millions d’euros que l’ancienne filiale de Saint-Gobain veut ajouter à la souche émise l’an dernier, 230 millions d’euros serviront à rembourser une partie de la prime d’émission. Cette remontée représente environ 40% des fonds propres apportés par Apollo et Bpifrance en 2015, indique Moody’s. Verallia est détenu à 90% par le fonds américain et à 10% par la banque publique française.

Un levier porté à 4,8 fois l'Ebitda

Le solde net de la nouvelle émission, soit 263 millions d’euros, servira à refinancer le term loan B de maturité 2022. Selon les termes indicatifs, Horizon Holdings, la structure de financement de Verallia, vise une marge de 350 points de base sur l’Euribor, soit 50 points de base de mieux qu’actuellement. L’émission est dirigée par Barclays, BNP Paribas, Credit Suisse, Nomura et la Société Générale. Deutsche Bank s’occupe du refinancement du prêt avec un accord attendu demain.

Les analystes de CreditSights voient d’un mauvais œil ce dividend recap pour le profil de crédit de Verallia. Ils notent que la dette nette va monter à 2,08 milliards d’euros, contre 1,87 milliard avant l’opération, portant le levier du producteur de bouteilles en verre à 4,8 fois l’Ebitda, soit 0,5 point de plus qu’actuellement. Malgré ce montage plus agressif, les agences ont réaffirmé leur notation (B+ pour S&P et B1 pour Moody’s, avec une perspective stable pour les deux). «Le groupe a la capacité d’augmenter ses résultats dans les prochaines années et ainsi d’améliorer progressivement son profil de crédit pour revenir à ses niveaux précédents», indique S&P.

La hausse des volumes, qui permet une meilleure absorption des coûts fixes, et les mesures de contrôle des coûts ont permis une progression de 14,1% de l’Ebitda de Verallia au premier trimestre 2016 à changes constants. Sa marge opérationnelle a gagné 120 points de base à 17%. La direction de Verallia vise pour l’ensemble de l’année une progression de l’Ebitda, avec des investissements de l’ordre de 200 millions d’euros.

Sur le même sujet

A lire aussi