Partners Group rouvre le marché français des méga LBO avec Foncia

le 10/06/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Avant Morpho et Atotech, le fonds suisse devrait conclure le premier LBO de l'année supérieur à un milliard d'euros.

Foncia, groupe de services immobiliers et d'administration de biens.
Foncia serait valorisé 1,8 milliard d’euros.
(Photo DR.)

Peu connu en France, Partners Group a créé la surprise. Eurazeo et Bridgepoint ont annoncé hier être entrés en négociations exclusives avec le fonds suisse pour lui céder Foncia. Le groupe de services immobiliers et d'administration de biens serait valorisé 1,8 milliard d’euros, assure à L’Agefi une source proche du dossier, c’est-à-dire dans le bas de la fourchette de 1,8 à 2 milliards évoquée précédemment. Le groupe français vaudrait tout de même plus de 11 fois son Ebitda attendu en 2016 (154 millions d’euros) et plus de 13 fois celui de 2015 (132 millions d’euros).

Pour remporter la mise face à Blackstone et aux consortiums menés par Ardian et CVC, Partners Group s’est allié à la Caisse de dépôt et placement du Québec lors des enchères menées par Rothschild. Si elle n’est pas citée à ce stade, l’institution canadienne interviendra bien en tant que co-investisseur, confirment plusieurs sources.

Avec Foncia, Partners Group pourrait conclure le premier LBO français de l’année supérieur à un milliard d’euros. KKR a signé en mars le rachat de l’électronique de défense d’Airbus pour 1,1 milliard d’euros mais le bouclage de cette opération, menée dans un secteur sensible, n’est attendu qu’au premier semestre 2017.

Des spin-off plus conséquents pourraient suivre, avec la cession annoncée de Morpho, une division de Safran, et d’Atotech, une filiale de Total. «Les offres de premier tour sont attendues ce mois-ci pour Morpho, qui vaudrait environ 2 milliards d’euros. La vente d’Atotech n’a pas débuté mais Total en attendrait autour de 3 milliards d’euros, pour un Ebitda compris entre 250 et 300 millions de dollars (220 à 260 millions d’euros, ndlr)», assure une source de marché. Ces dossiers très disputés suscitent l'intérêt de fonds de capital-investissement, tel Carlyle pour Morpho, mais aussi d’industriels.

L’an dernier, quatre opérations menées en France par des fonds anglo-saxons avaient dépassé le seuil d’un milliard d’euros de valorisation, soit un niveau inégalé depuis 2011. Apollo a racheté Verallia 3,27 milliards de dollars, Cinven a déboursé 1,3 milliard pour Labco, tandis que CVC a acquis Linxens pour 1,68 milliard et a fusionné Vedici avec Vitalia pour 1,04 milliard. Les 20 plus gros deals ont représenté 93% du montant total des 220 LBO conclus l'an dernier dans l’Hexagone, selon le rapport annuel de Bain & Company sur le private equity.

Sur le même sujet

A lire aussi