Les introductions en Bourse jouent la reprise en Europe

le 30/05/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Aidée par de meilleures perspectives économiques en Europe, la liste des candidats à la Bourse commence à se rallonger.

 Le marché est de nouveau prêt à faire de la place à de nouveaux noms après un premier trimestre quasiment vierge en IPO.
Le marché est de nouveau prêt à faire de la place à de nouveaux noms après un premier trimestre quasiment vierge en IPO.

L’introduction en Bourse de Maisons du Monde était attendue avec une certaine inquiétude. Alors que plusieurs candidats ont temporisé ces dernières semaines, et mis à part quelques petits dossiers ainsi que le cas particulier du véhicule spécial Mediawan, l’IPO de la chaîne de magasins de meubles constitue la plus grosse opération de ce type à Paris depuis celle d’Amundi en novembre 2015. 

Le bon comportement de l’action Maisons du Monde vendredi pour sa première cotation, avec un gain de 5,88% par rapport au prix d’introduction de 17 euros, montre que le marché est de nouveau prêt à faire de la place à de nouveaux noms après un premier trimestre quasiment vierge en IPO.

Des vendeurs «raisonnables»

«Les vendeurs ont été relativement raisonnables dans le prix, souligne un investisseur qui a participé au placement, avec une décote d'IPO de l’ordre de 10% à 15%.» Initialement fixée entre 16,50 et 22,25 euros, la fourchette a été resserrée vers le bas entre 17 et 18 euros en fin de processus, permettant une bonne couverture du livre d’ordres, notamment de la part des fonds long only qui ont pris plus de 70% des actions proposées à la vente.

Près de 60% des investisseurs étaient anglo-saxons. Le fonds Bain Capital, actionnaire majoritaire de Maisons du Monde, qui a profité de l’IPO pour céder une partie de ses titres, ne souhaitait pas vivre les mêmes mésaventures que Showroomprive.com qui avait vu son cours de Bourse chuter de 9,64% pour son premier jour de cotation l’an dernier, et plus récemment de l’espagnol Telepizza dont l’action a plongé de 19,35% à ses débuts.

Un marché européen
«ouvert mais sélectif et discipliné»

L'opération démontre que le «marché européen des IPO est ouvert», souligne Valéry Barrier, directeur des activités d’equity capital markets de Citi pour la France, le Benelux et la Suisse, «mais il reste sélectif et discipliné, ce qui demande que le dossier présenté soit de très bonne qualité». Citi était coordinateur global de l'IPO de Maisons du Monde avec Goldman Sachs et la Société Générale. «Mis à part l’accident Telepizza en Espagne, la thématique de la consommation va rester forte pour les introductions en Bourse en Europe, notamment sous l’impulsion des investisseurs anglo-saxons qui cherchent des dossiers pour un peu plus s’exposer à la reprise économique progressive de la zone euro», appuie Arnaud Morvillez, gérant du fonds Origin de Skylar Group.

Basic-Fit veut profiter de cette vague. La chaîne néerlandaise de salles de gym, qui compte plus d'un million de membres en Europe, prévoit de mettre entre 25% et un peu moins de la moitié de son capital à la Bourse d’Amsterdam. Détenue à 52% par 3i, la société souhaite accélérer son développement en Europe, notamment en France avec l’ouverture de plusieurs dizaines de nouvelles salles par an.

Dans des secteurs différents, le groupe d'énergie danois Dong et l'assureur néerlandais ASR, tous deux entre les mains de leurs Etats respectifs, sont également en route vers la Bourse. Le groupe public italien de contrôle aérien Enav doit également faire son entrée sur le marché prochainement. Delivery Hero et FTE Automotive pourraient animer la Bourse de Francfort. En revanche, en France, la liste est plus courte. Alors que la Française de l'Energie a lancé la semaine dernière sa période de souscription, seul le dossier Medipole est pour l'instant véritablement avancé.

Sur le même sujet

A lire aussi