Meridiam lance le premier fonds européen d'investissement long de France

le 28/04/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société d’investissement a enregistré une très forte demande, de 2,2 milliards d’euros, pour son fonds dédié aux infrastructures.

Meridiam lance le premier fonds européen d'investissement long de France
Meridiam Europe III est le premier fonds d’infrastructures créé sous la forme d’une Société libre de partenariat (SLP).
(Photo DR.)

L’identité de l’un des deux premiers fonds européens d'investissement de long terme (FEILT) déclarés la semaine dernière par l’AMF est désormais connue. La société d’investissement française Meridiam a annoncé mercredi le closing, à hauteur de 1,3 milliard d’euros, de son fonds Meridiam Europe III. Autre nouveauté, le véhicule est également le premier fonds d’infrastructures créé sous la forme d’une Société libre de partenariat (SLP), inspirée du limited partnership anglo-saxon. «Nous avons pu bénéficier des nouvelles opportunités offertes par les lois Macron et Sapin 2, qui dotent la Place de Paris d’un cadre plus favorable à l’investissement, notamment étranger, attendu depuis longtemps», a réagi Thierry Déau, président et fondateur de Meridiam. La levée de fonds, opérée en quatre mois, a attiré la majorité des institutionnels déjà engagés dans Meridiam Europe I et II, et a ainsi généré une demande de 2,2 milliards d’euros.

Créée par la loi Macron en août 2015 sous la forme d'une société en commandite simple, la SLP est une sous-catégorie du Fonds professionnel spécialisé (FPS) qui ambitionne de rivaliser avec les SCSp lancés en 2013 au Luxembourg. Outre un schéma plus souple et familier que le FCPI pour les anglo-saxons, «la SLP peut, à la différence des autres fonds classiquement utilisés pour le capital-investissement ou l’infrastructure, s’endetter», souligne Jones Day.

Meridiam entend également bénéficier du nouveau statut FEILT, disponible depuis l’entrée en application (sans transposition) du règlement éponyme le 9 décembre. Les FEILT doivent être diversifiés et investis à long terme pour au moins 70%, par exemple en fonds propres dans des entreprises dont la capitalisation est inférieure à 500 millions d’euros, ou dans des actifs physiques. La part des actifs liquides doit en tous les cas être inférieure à 5%.

Dans le sillage de la COP21, Meridiam Europe III aura enfin pour vocation de poursuivre l’engagement de la société d’investissement en faveur de l’investissement dans des infrastructures vertes. Meridiam a ainsi lancé en novembre un fonds dédié, sur un horizon de vingt ans, au financement de la transition énergétique doté de 350 millions d’euros dans lequel CNP Assurances a apporté 150 millions. A l’époque un objectif de moyen terme de 500 millions d’euros avait été avancé.

Sur le même sujet

A lire aussi