La Sfil veut en avoir fini avec le gros des prêts toxiques en 2016

le 22/02/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Aidée par le fonds de soutien créé par l'Etat, la banque publique espère n'avoir plus que 2 milliards d'euros de prêts toxiques à la fin de 2016.

La Sfil veut en avoir fini avec le gros des prêts toxiques en 2016
(Fotolia)
La Sfil, la banque des collectivités née sur les décombres de Dexia, espère en avoir bientôt fini avec les emprunts toxiques. «Si on arrive à atteindre nos objectifs à la fin de 2016, on aura traité la phase aiguë de ce sujet», explique Philippe Mills, le PDG de la banque. A la fin de l'année, la...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi