LeasePlan va enfin passer des mains de Volkswagen à un groupe de fonds

le 24/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le gestionnaire de flottes automobiles néerlandais va être cédé pour 3,7 milliards d’euros, sitôt les obstacles réglementaires levés.

Ajournée en avril, la cession de LeasePlan semble cette fois en bonne voie. Le gestionnaire néerlandais de flotte automobile a annoncé hier son rachat à 100% par un consortium d’investisseurs internationaux pour 3,7 milliards d’euros. L'opération est encore soumise au feu vert des autorités, dont la Banque centrale néerlandaise. Celle-ci avait fait échouer l’opération au printemps selon la presse locale, en raison de garanties en fonds propres et liquidités insuffisantes.

Attendue pour la fin 2015, la transaction valorise LeasePlan au niveau de sa valeur comptable de fin 2014 et offrirait une plus-value à ses actionnaires actuels. En 2004, le constructeur allemand Volkswagen a racheté 50% de LeasePlan à ABN Amro pour 1 milliard d’euros. Il s’en sépare alors qu’il développe sa propre activité de gestion de flotte et a engagé un vaste programme de réduction de coûts. Les 50% restants sont passés en 2009 des mains de deux fonds du Moyen-Orient à celles du banquier allemand Friedrich von Metzler pour 1,3 milliard.

Le consortium d’acquéreurs regroupe sept investisseurs internationaux, dont le fonds TDR Capital qui avait mené la précédente offre. Ce dernier est désormais cité en dernier dans le communiqué de LeasePlan, qui ne précise pas la part du capital détenue par chacun. Les autres acheteurs sont PGGM, le premier fonds de pension néerlandais, son équivalent danois ATP, le fonds singapourien GIC, une filiale du fonds souverain d’Abou Dhabi et la division Merchant Banking de Goldman Sachs.

L'opération sera financée en fonds propres pour moitié, par une obligation convertible de 480 millions d’euros et par une facilité de crédit de 1,55 milliard d’euros. Cette dette ne sera pas levée par LeasePlan, qui n’en supportera donc pas le remboursement comme dans le cas d’un LBO. La clause permettra de ne pas accroître son endettement, donc de préserver sa notation de crédit.

Pour amadouer les autorités, les futurs actionnaires s’engagent aussi à maintenir la direction existante et les accords d’entreprise. LeasePlan emploie 6.800 personnes dans 32 pays et revendique la gestion de 1,5 million de véhicules. En 2014, son résultat net a crû de 14%, à 372 millions d’euros.

L’américain General Electric se sépare lui aussi de son loueur longue durée. Arval, filiale de BNP Paribas, discute pour racheter la partie européenne, après la reprise des activités américaines, mexicaines et océaniennes par Element Financial.

A lire aussi