Eurazeo Croissance confirme son virage stratégique avec Vestiaire Collective

le 04/09/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Echaudée par certains de ses investissements dans l'industrie, la division d’Eurazeo se concentre désormais sur les acteurs du digital.

Eurazeo Croissance confirme son virage stratégique avec Vestiaire Collective

Entre Eurazeo PME, centré sur le capital-développement, et Eurazeo Capital, dédié aux LBO, Eurazeo Croissance espère enfin trouver sa place. «Après l’industrie, où nous intervenions parfois en actionnaire majoritaire, nous nous concentrons maintenant sur les actifs du monde digital et de l’économie collaborative, moins gourmands en capitaux», explique à L’Agefi Yann-Hervé du Rusquec, responsable de cette division d’Eurazeo depuis le départ, fin 2014, de son prédécesseur Fabrice de Gaudemar. Après son entrée dans le site de crédits entre particuliers Prêt d’Union en juillet, pour 15 millions d’euros, Eurazeo Croissance a annoncé hier une prise de participation minoritaire dans Vestiaire Collective pour 20 millions d’euros.

Cette place de marché de vente d’objets de luxe d’occasion entre particuliers boucle ainsi une quatrième tour de table de 33 millions d’euros qui réunit aussi ses actionnaires historiques (Condé Nast, Balderton Capital, Ventech et Idinvest). «Nous visions environ 10 millions d’euros, mais l’appétit de certains fonds de capital-développement pour les start-up permet aujourd’hui de lever davantage dans les phases de réinvestissement, explique Claire Houry, associée du fonds de capital-risque Ventech. Ce nouveau tour va permettre de financer les ambitions de Vestiaire Collective, en bénéficiant de l’expérience du groupe Eurazeo à l’international et dans la mode (avec ses participations dans Moncler et Desigual, ndlr)».

Valorisé plus de 100 millions d’euros, le site a levé 60 millions depuis 2010. A l’équilibre en France depuis l’an dernier, Vestiaire Collective va continuer son expansion internationale, en créant notamment une plate-forme logistique aux Etats-Unis. «Le volume d’affaires devrait passer de 46 millions d’euros en 2014 à 100 millions d’ici six à douze mois», déclare Yann-Hervé du Rusquec qui compte ainsi respecter la thèse d’investissement d’Eurazeo Croissance, tournée vers les sociétés à fort potentiel de développement.

En dehors de son récent engagement au côté d’IM Square, un nouvel incubateur de société de gestion d’actifs, Eurazeo Croissance reste actionnaire des industriels I-Pulse, IES Synergy et Fonroche, son premier investissement en 2010. L’activité de cet acteur du photovoltaïque pâtit du retard de certains projets de centrales solaires. Eurazeo Croissance n’a donc réalisé aucune cession pour le moment, mais a dû se résoudre l’an dernier à la liquidation du fabricant de composants optiques 3S Photonics.

A lire aussi