CVC valoriserait 1,5 milliard d’euros son LBO sur le français Linxens

le 02/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fonds est entré en négociations exclusives avec Astorg Partners pour le rachat du fabricant de puces électroniques, en plein essor.

Photo DR

Le français Linxens s’apprête à boucler son deuxième LBO. Le fabricant de connecteurs de cartes à puce, leader mondial de son secteur, devrait passer dans le giron de CVC Capital Partners, quatre ans après son rachat par Astorg Partners. Les deux fonds ont annoncé hier leur entrée en négociations exclusives. L’offre préemptive de CVC valoriserait Linxens 1,5 milliard d’euros selon le Wall Street Journal. Soit 11,5 fois son Ebitda, qui s’élèverait à 130 millions d’euros d’après Reuters. L’opération devrait être financée via une émission obligataire d’un milliard d’euros arrangée par Credit Suisse, Deutsche Bank, HSBC et Nomura, indique l’agence de presse.

En 2011, Astorg avait repris l’ancienne division de FCI (lui-même ex-filiale d’Areva) pour 600 à 650 millions d’euros, soit 7,5 à 8 fois l’Ebitda, alors que le vendeur Bain Capital en espérait 1 milliard, selon les rumeurs de l’époque. Entre-temps, les ventes du fabricant de puces (pour cartes SIM, de crédit, de transport urbain, etc.) sont passées de 200 millions d’euros fin 2010 à 253 millions fin 2014. Disposant d’usines en France et à Singapour, il vient encore de grossir avec l’acquisition du thaïlandais KNL, spécialiste des puces sans contact. Le chiffre d’affaires de celui-ci n’est pas connu, mais ses 300 salariés s’ajoutent désormais aux 800 du groupe français.

Surtout, «Linxens profite du fort développement du marché domestique chinois et de l’ouverture des Etats-Unis à la carte à puce», observe un bon connaisseur du dossier. Washington a en effet décidé le remplacement des cartes à bande magnétique par la carte à puce, plus sûre. Le potentiel est énorme: fin 2014, les Etats-Unis comptaient 101 millions de cartes bancaires à puce (standard EMV) sur les 3,4 milliards en circulation dans le monde, selon les données du consortium EMV qui réunit les principaux acteurs du paiement (Visa, Mastercard, etc.). Et le parc global a crû d’un milliard d’unités l’an dernier. L’Europe et l’Asie dominent largement le marché et représentent respectivement 49% et 51% des ventes de Linxens.

Avec son rachat, CVC complète ses emplettes en Europe où il vient de mettre la main sur les parfumeries Douglas (Nocibé en France) et le producteur de comédies musicales néerlandais Stage Entertainment. Pour Astorg, cette sortie s’ajoutera à la cession de ses parts dans le courtier Gras Savoye à l’américain Willis. Le fonds français a aussi racheté récemment l’éditeur de logiciels grenoblois Metrologic à Carlyle.

A lire aussi