Le Comité de Bâle pénalise les portefeuilles de trading des banques

le 19/11/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le nouveau calcul du risque de marché accroîtra de 4,7% l’exigence en capital minimale sous Bâle 3, avec de fortes disparités, selon une étude.

Bâle 4 n’existe pas, assurait mardi Sabine Lautenschläger, membre de la BCE, devant un parterre de banquiers et d’investisseurs à Francfort. La banquière centrale se référait aux différents travaux du Comité de Bâle sur les encours pondérés par le risque (RWA) des banques, dont les méthodes de...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi