La métropole Paris Ile-de-France reste attractive malgré la crise

le 09/04/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les implantations internationales dans la région francilienne ont crû de 6 % en 2008, alors qu’elles ont reculé de 5 % en Europe

Qui a dit que la région Ile-de-France n’était pas attractive ? Si la crise économique a provoqué un recul de 5 % des implantations internationales dans les quinze principales métropoles européennes en 2008, Paris Ile-de-France sort du lot en affichant une hausse de 6 %, selon l’étude annuelle réalisée par Ernst & Young pour Paris Ile-de-France Capitale Economique. Paris conserve sa deuxième place, mais réduit son écart avec Londres (voir tableau).

Ce resserrement entre les deux capitales « devrait se poursuivre, et Paris pourrait repasser devant Londres comme en 2005 », anticipe Thierry Jacquillat, président de Paris Ile-de-France Capitale Economique. Sur le seul quatrième trimestre – habituellement le plus actif – le nombre d’implantations a chuté de 54 % à Londres, mais progressé de 34 % à Paris. De plus, l’an dernier, Paris a créé 1.000 emplois de plus que Londres, alors qu’ils étaient au même niveau en 2007.

Par ailleurs, les investissements sont de plus en plus intra-européens. Ils pèsent 55 % des implantations totales (+5 points), contre 27 % pour l’Amérique du Nord (-7 points), 14 % pour l’Asie (+5 points) et 6 % pour les Bric (+3 points)

Ces résultats viennent confirmer l’étude CSA de janvier 2009, où Paris est considérée par les dirigeants internationaux comme la capitale européenne la plus apte à résister à la crise (L’Agefi du 4 février). « Nous sommes mieux placés que Londres pour les trois années qui viennent, mais moins bien positionnés en cas de rebond », confie Thierry Jacquillat.

Enfin, l’association francilienne, en coopération avec son homologue canadienne, Montréal International, s’apprête à lancer une étude sur l’accueil des entreprises étrangères.

A lire aussi