Londres rejoint Paris et Berlin sur les bonus

le 04/09/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Dans les propositions communes, il n’est toutefois plus question de la taxation évoquée par l’Elysée

Mercredi soir, le Royaume-Uni semblait encore réticent à s’associer à la France et à l’Allemagne sur la question des rémunérations dans le secteur financier. Le Premier ministre britannique Gordon Brown (photo) restait en effet sceptique quant à un éventuel plafonnement des bonus. Mais Londres s’est finalement rallié à Paris et à Berlin dans un courrier adressé hier au président du Conseil européen. Une « petite surprise », comme l’a dit lui-même le président Sarkozy, qui constitue une étape majeure dans l’optique du G20 des 24 et 25 septembre.

A lire aussi