Linklaters prend la tête du classement des cabinets d’avocats en M&A

le 06/07/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Au premier semestre, le cabinet britannique, quatrième il y a un an, a traité 99 transactions d’un montant total de 230 milliards de dollars

Linklaters devance ses rivaux au premier semestre. Alors qu’il occupait la quatrième place il y a un an, le cabinet juridique a pris la tête du classement des cabinets d’avocats dans le cadre d’opérations de fusions & acquisitions (M&A). Il a en effet traité au cours des six premiers mois de l’année 99 transactions dont le montant total a valorisé 230 milliards de dollars (cf. le tableau), soit à lui seul près d’un quart du montant total du marché mondial des M&A qui a atteint 941 milliards de dollars, selon Thomson Reuters. Seul Freshfields a travaillé sur plus de dossiers (104).

Linklaters doit cette performance à ses interventions dans d’importantes transactions comme les rapprochements Rio Tinto - BHP Billiton et Xstrata-Anglo American, à l’heure où le marché n’est guère florissant. Skadden n’a ainsi traité que pour 193 milliards de dollars d’opérations contre 300 milliards il y a un an. Cette dégradation se ressent d'ailleurs sur les résultats des cabinets. Le bénéfice par associé de Clifford Chance a ainsi chuté de 37 %, tandis que chez Linklaters la baisse atteint 9,6 %. Hors effets de change, ceux de Freshfields ont baissé de 2 %. L'exercice annuel des grandes firmes londoniennes s'achève en avril.

La situation ne devrait pas s’arranger à en croire David Barnes, patron de la branche corporate chez Linklaters, qui ne s’attend pas à un retour aux niveaux de 2007 avant « plusieurs années ». Raison pour laquelle plusieurs mesures drastiques ont été prises dans la profession comme des suppressions d’emplois, des réductions de salaires, ou le développement d’une activité liée aux restructurations, mais qui pour le moment est loin de compenser le ralentissement observé dans les M&A.

A lire aussi