L’horizon de notation des émetteurs corporates reste bien sombre

le 29/05/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Moody’s relève la « pression » pesant sur les émetteurs du fait de la détérioration de leurs conditions d’activité ou de crédit

Vents tournoyants pour les émetteurs obligataires corporates. Moody’s estime en effet que le réveil des volumes d’émission à l’entame de l’année 2009 masque bien mal une forte « pression » pesant sur les émetteurs.

Ces derniers font face aux incertitudes, du fait de conditions d’activité dégradées ou d’un marché du crédit encore frileux. D’où, même si l’endettement obligataire représente une « alternative de qualité » selon Jean-Michel Carayon, senior vice president chez Moody’s, un coût d’emprunt obligataire toujours plus élevé afin de satisfaire les investisseurs et une défiance grandissante de la part des agences de notation.

Moody’s souligne à ce titre avoir placé en catégorie spéculative onze émetteurs de la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) au cours des quatre premiers mois de l’année, dont cinq constructeurs ou équipementiers automobiles. L’agence avait sévi pour dix de ces « fallen angels » sur l’ensemble de l’année 2008. De même, le rythme de défaut « s’est accéléré », concernant sur le même périmètre six émetteurs à fin avril contre cinq pour l’ensemble de 2008.

Dès lors, le nombre de révisions à la baisse de notations s’est visiblement révélé toujours plus important par rapport à celles à la hausse ces derniers trimestres (voir graphique).

Et l’horizon reste sombre, comme en atteste selon l’agence le nombre grandissant de notations en perspective négative ou en cours de revue pour dégradation. Moody’s estime notamment que le nombre d’émetteurs exposés à des manquements sur leurs clauses bancaires (covenants) va progresser. Les mesures envisagées par les émetteurs, passant de la réduction des stocks à la suspension du dividende, ne semblent pas totalement convaincantes pour redresses leur situation financière.

A lire aussi