Les écarts de valorisation se creusent pour les opérations de LBO de taille moyenne

le 12/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les multiples d’Ebitda s’établissaient à 5,8 à fin juin 2010 variant dans une fourchette de 3,7 à 11, contre une fourchette de 3,9 à 9,7 six mois plus tôt

Les multiples observés sur les opérations LBO dans le mid market (entre 15 et 150 millions d’euros, ndlr) montrent une relative stabilité, à 5,8 fois l'Ebitda à fin juin 2010, contre 5,7 six mois plus tôt, selon le dernier baromètre semestriel réalisé par Epsilon Research pour le groupe de private equity européen Argos Soditic.

Pour autant, «cette apparente stabilité des prix cache un grand écart entre la valorisation des sociétés les plus performantes, ayant résisté pendant la crise, et celles ayant le plus souffert», a relevé lundi Gilles Mougenot, président d’Argos Soditic, à l’occasion de la présentation du baromètre, qui mesure le niveau de valorisation des entreprises moyennes non cotées de la zone euro à fin juin 2010.

«Le multiple moyen du premier quartile des sociétés est passé en six mois de 9,7 à 11 fois l’Ebitda, soit près du double du multiple global des opérations LBO. Celui du dernier quartile a en outre reculé de 3,9 à 3,7», a relevé Karel Kroupa, directeur de participation.

«Après une période d’investissement relativement pauvre, dans le sillage de la crise, les fonds approchent de la fin de leur période d’investissement et doivent désormais investir sur une période plus courte, tout en faisant face à une forte concurrence», a expliqué Gilles Mougenot. Par ailleurs, «certains fonds estiment que payer plus de 10 fois des résultats affaiblis par la crise peut s’avérer être un pari positif».

En intégrant les acquisitions réalisées par les groupes industriels, dont les multiples ont progressé de 6,2 à 6,5 sur le premier semestre 2010, le multiple global sur les opérations moyennes non cotées est remonté à 6,4 fois l’Ebitda. «Il s’agit du premier semestre de progression après cinq semestres consécutifs de baisse», a souligné Gilles Mougenot.

A lire aussi