Deutsche Bank envoie un signal positif

le 07/10/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Sa levée de 10,2 milliards d’euros prouve qu'une banque peut actuellement faire appel au marché

En bouclant mercredi une augmentation de capital de 10,2 milliards d’euros, Deutsche Bank a envoyé un signal positif. Cela atteste qu’«une banque de qualité peut faire appel au marché, même sur un montant important. Le marché réagit positivement si les opérations sont motivées par de bonnes raisons», estime un banquier spécialisé dans le primaire actions. L'opération de Deutsche Bank répond toutefois à une logique particulière, puisqu'elle vise, outre le renforcement des ratios, à financer la montée dans Postbank.

Les actionnaires de Deutsche Bank, qui avaient la possibilité d’acquérir entre le 22 septembre et le 5 octobre une action nouvelle pour deux actions détenues, ont massivement participé à l’opération. 99,31% des droits préférentiels ont ainsi été utilisés, le solde des droits ayant été cédé sur le marché au cours d’une période fixée entre le 22 septembre et le 1er octobre.

«L’opération était largement anticipée et les actionnaires non intéressés par cette levée de capitaux ont pu intervenir en amont en vendant leurs titres», indique à L’Agefi un banquier parisien. 308,6 millions de nouvelles actions ont ainsi été émises, au prix unitaire de 33 euros.

Pourtant, le groupe jouait serré. «La décote par rapport au cours de l’action ex-droit était faible (25% au lancement de l'opération), la norme pour ce type d’opération se situant autour de 30%, voire plus. La décote récemment vue dans l’opération réalisée par Michelin, de 27,6%, était déjà très agressive», souligne un autre banquier spécialisé sur les augmentations de capital.

Le succès de l’augmentation de capital de Deutsche Bank «repose également sur les motivations de cette opération, à savoir le rachat de Postbank», poursuit le professionnel. Outre le renforcement de son bilan en préparation de Bâle 3, Deutsche Bank entend via cette opération financer la reprise de sa filiale détenue à 30% au prix unitaire de 25 euros par action, la période pour l’offre de rachat des titres devant être annoncée dans les prochains jours.

«D’un point de vue stratégique,l’acquisition de Postbank est intéressante», indiquait fin septembre le bureau d’études CreditSights, mettant en avant une moindre dépendance à la banque d’investissement et un accroissement de la part de marché dans les dépôts en Allemagne de 5-6% à 13-16%.

Selon le bureau d’études, si l’augmentation de capital se révèle conséquente, la consommation de capital par Postbank, chiffré autour de 8 milliards d’euros, aura dès lors un impact limité sur le renforcement des fonds propres de Deutsche Bank.

La réussite de cette augmentation peut en tout cas mettre la pression sur certains concurrents de Deutsche Bank moins bien perçus. «Une augmentation de ce montant a tendance à assécher le marché, même s’il reste beaucoup de liquidités. La robustesse de l’acteur reste un argument» ainsi que le projet , indique un des banquiers, soulignant qu’un établissement comme Commerzbank risque de rencontrer plus de difficultés.

Alors que des rumeurs circulent sur un projet de levée de capitaux de Commerzbank, de l’ordre de 3 à 4 milliards d’euros, en vue notamment de rembourser les aides publiques, une source proche de la banque a indiqué cette semaine à Reuters que ce projet était conditionné à une remontée sensible du cours de l’action.

A lire aussi