La concurrence fait grimper les primes des offres d'achat

le 11/06/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les entreprises bénéficiant de liquidités paient des primes de 41 % en moyenne pour leurs acquisitions en 2010, selon un pointage de Dealogic

Depuis le début de l’année, le volume des offres de rachat a été multiplié par 8 par rapport au désert à la même période en 2009. Le montant total des 34 offres réalisées depuis le début de l’année se monte à 68 milliards de dollars (56,5 milliards d’euros) contre 21 offres sur la même période en 2009 d 'un montant total de seulement 8 milliards de dollars (6,6 milliards d’euros).

Contrairement à la vague d’acquisitions des années 2006-2007 provenant principalement de fonds d’investissement souhaitant profiter des effets de levier, le regain récent d’appétit pour les acquisitions émane plutôt d’entreprises ayant réussi à resserrer leurs bilans pour dégager des liquidités. Ces entreprises disposant de liquidités abondantes n’hésitent pas à faire des offres très au-dessus des cours de marché de leurs cibles pour évincer la concurrence. La prime moyenne payée pour les rachats se monte ainsi à 41% depuis le début de l’année, soit 17 points de pourcentage de plus que la moyenne des autres offres rejetées par les vendeurs.

Le groupe hospitalier australien Healthscope avait reçu deux nouvelles offres en début de mois, concurrençant celles de Blackstone, TPG et Carlyle, valorisant la société à quelque 1,84 milliard de dollars australiens (1,26 milliard d'euros). De même, le spécialiste suisse de l'automatisation ABB a annoncé mardi le rachat du britannique Chloride soit 19% de plus que l'offre de son concurrent américain Emerson Electric. Enfin, hier, la société de private equity Providence Equity Partners a reçu sept offres pour la vente de Bresnan Communications pour des montants supérieurs au milliard de dollars.

A lire aussi