Le capital investissement se heurte à la prudence de ses clients

le 06/11/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Au troisième trimestre, les levées de fonds se sont encore réduites, souligne Preqin. Mais la quête de rendement laisse espérer un retour en grâce

Le marché de la levée de fonds de capital investissement a été bien terne au cours du troisième trimestre. Preqin avance que les volumes d’activité se sont révélés être les plus faibles depuis près de six ans, avec 82 fonds bouclés et 39 milliards de dollars levés dans le monde. Soit un repli de 55% des montants promis d’un trimestre à l’autre et de 67% par rapport au troisième trimestre 2008 (pour 217 fonds).

Les fonds de rachat à effet de levier (buy-out) ont représenté 62% des montants engagés au cours du trimestre écoulé, le fonds Hellman & Friedman VII rassemblant à lui seul 8,8 milliards de dollars. En termes de nombre de véhicules toutefois, les 33 fonds de capital risque ont tenu le haut de l’affiche (5,5 milliards levés), alors que les fonds immobiliers ont «continué de souffrir», avec une baisse de 46% des levées (4,9 milliards).

Sur le plan géographique, 29 fonds (69% des sommes promises) étaient destinés à des investissements essentiellement nord-américains, les fonds européens ne récoltant que 14% des montants engagés.

Qui plus est, Preqin souligne que le nombre de projets de levées abandonnés croît régulièrement depuis l’avènement de la crise financière, et que la période nécessaire au bouclage définitif a pour la première fois au trimestre dernier dépassé en moyenne les dix-huit mois.

Mais, sous les apparences d’un environnement calamiteux, il existe des raisons d’espérer aux yeux du consultant. Car l’appétit des investisseurs pour la classe d’actifs est toujours bien réel. Preqin assure qu’ils étaient cet été plus nombreux à envisager une augmentation de leur exposition au capital investissement à moyen terme (au cours des 24 prochains mois) qu’une baisse, en dépit d’une propension inverse à court terme (12 mois). Les investisseurs restent confiants quant aux promesses de rendement des fonds, mais ces espoirs n’ont pu compenser récemment l’impact négatif de besoin de liquidité. «Plus prudents et sélectifs que jamais», les investisseurs restent bien à l’affût d’opportunités, avec les bonnes équipes et les bonnes stratégies, permettant notamment de faire face à un environnement fortement dégradé.

Preqin veut d’ailleurs voir comme un signe d’espoir pour le marché que le nombre de bouclages intermédiaires est resté stable, avec 81 fonds concernés au troisième trimestre contre 82 au précédent, et 67 au premier trimestre 2009.

A lire aussi