Le capital-investissement ne séduit plus

le 08/01/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La collecte pour les fonds de « private equity » dans le monde est retombée sous son niveau de 2005

Maigre millésime 2009 pour le capital-investissement. Les fonds de private equity, toutes catégories confondues (leveraged buy-out, capital-risque/venture, secondaire, infrastructures, dette mezzanine…), ne sont parvenus à lever que 246 milliards de dollars à travers le monde, selon Private Equity Intelligence (Preqin). Une chute de 62% par rapport à la collecte enregistrée l’année précédente. Il s’agit en outre du plus faible montant depuis 2004 – la collecte avait alors atteint 205 milliards. Le dernier trimestre de l’année dernière (35 milliards) est également le pire trimestre depuis l’automne 2003.

La crise financière, puis économique est passée par là. Les investisseurs (gestionnaires d’actifs, sociétés d’assurances, fondations universitaires, family offices…) ont traversé de graves difficultés. De même, les difficultés des sociétés dans les portefeuilles des fonds ont provoqué une baisse des rendements. Les relations se sont dès lors tendues entre les sociétés de gestion (surtout parmi les spécialistes des LBO) et les institutionnels dont bon nombre (parmi eux : Permira, Apollo, Candover, PAI Partners…) ont dû accepter de réduire la taille de leurs véhicules. Dernier exemple en date, le huitième véhicule de Clayton Dubilier & Rice a dû renoncer à son objectif de 7,5 milliards de dollars, pour clore récemment à 5 milliards. Les fonds de LBO n’ont du coup représenté que 41% des montants levés, une proportion faible par rapport à leurs grandes années.

Le constat est également négatif quant au temps nécessaire à réaliser la collecte. La durée a atteint des sommets en 2009 : 18,4 mois en moyenne ont été nécessaires pour une levée de fonds complète, contre 15,6 mois en 2008 et 9,5 mois en 2004.

A lire aussi