2008 a porté un coup dur à l'activité des prêts syndiqués en Europe

le 06/01/2009 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon Dealogic, le volume des «loans» a chuté de 44% l'an dernier à 965 milliards de dollars. RBS est en tête du palmarès

La crise de liquidité et la récession ont porté un coup terrible à l’activité de prêt syndiqué en zone euro l’année dernière. Selon Dealogic, le volume des loans en 2008 a chuté de 44% à 964,8 milliards de dollars par rapport aux 1.730 milliards levés en 2007. Outre-Rhin et outre-Manche, l’effondrement atteint respectivement 73% et 53%, à 68,5 et 174,2 milliards de dollars. Les volumes ont reflué dans l’Hexagone de 43% à 134,3 milliards. La morosité en décembre a été telle que le nombre de prêts, dans le monde, arrivant à échéance en 2008 a dépassé celui des nouvelles émissions de 13%. Ces dernières distançaient les premiers de 83% en 2007. 

Alors que les fusions & acquisitions en volume enregistrent un déclin de 30% à 1.300 milliards de dollars rien qu’en Europe, le bureau d’études a relevé au dernier trimestre 2008 dans la zone EMEA (Europe, Moyen-Orient, Afrique) une chute annuelle de 17 points de pourcentage à 12% du poids des prêts finançant des acquisitions (16 milliards) dans le volume total des prêts. Sur cette période, le poids des loans liés au refinancement est resté stable à 28%. La crise de liquidité a aussi favorisé le raccourcissement des maturités. Les prêts de moins de 5 ans ont représenté 77% des volumes, contre 65% en 2007.

Côté classement, le prêt syndiqué de 45 milliards de dollars ayant financé le rachat du brasseur Anheuser-Busch par Inbev a été le plus important en Europe, loin devant celui de 29,4 milliards octroyés à Gas Natural et celui de 21,1 milliards accordé à EDF. RBS reste premier du classement de teneur de livre et d’arrangeur chef de file mandaté en zone EMEA, devant BNP Paribas et Calyon.

A lire aussi