L’été n’a pas été propice aux fusions impliquant des entreprises françaises

le 02/10/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La valeur des transactions annoncées a chuté de 42,5% sur neuf mois, selon Thomson Reuters. Goldman Sachs ressort en tête des banques conseil.

Le retard accumulé par les entreprises françaises en matière de fusions et acquisitions aura du mal à être comblé d’ici la fin de l’année. Sur le seul troisième trimestre 2015, les transactions annoncées impliquant au moins une entreprise française (vendeur, acquéreur, cible) «ont diminué de plus...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi