John Laing Infrastructure Fund convoite le portefeuille de PPP de Balfour Beatty

le 02/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société d'investissement en infrastructures a proposé une enveloppe de 1 milliard de livres au groupe de BTP britannique.

C’est peut-être l’occasion à ne pas rater pour Balfour Beatty. En difficulté depuis plusieurs années, le groupe de BTP britannique a reçu de John Laing Infrastructure Fund (JLIF) une offre de 1 milliard de livres (1,26 milliard d’euros) en numéraire pour racheter son portefeuille d'actifs de partenariats public-privé (PPP). Dans un communiqué, Balfour Beatty a indiqué que son conseil d’administration étudiera en détail la proposition formelle et «reste ouvert aux opportunités de création de valeur».

«A bien des égards il est surprenant d’avoir attendu si longtemps [cette annonce]», soulignent les analystes de Whitman Howard. L’opération permettrait à Balfour Beatty d’accélérer considérablement le travail de revue de son portefeuille de PPP entamé il y a deux ans. Sur les six premiers mois de l’année, le groupe a vendu pour 97 millions de livres d’actifs, portant à 309 millions le total des cessions depuis 2012. Ces opérations ont permis au groupe d’engranger 106 millions de livres de plus qu’initialement estimé par la valorisation interne.

Parallèlement, Balfour Beatty, qui a multiplié les avertissements sur résultats ces dernières années, a également cédé sa filiale de services énergétiques à GDF Suez, et plus récemment sa division de conseil en ingénierie Parsons Brinckerhoff au canadien WSP. Pour des raisons stratégiques, il avait en revanche repoussé l’offre de fusion du concurrent Carillion. Malgré ces ajustements, ses résultats et son endettement ont continué à déraper au premier semestre, compliquant toute augmentation de capital. Une voie que JLIF, l'un des plus importants fonds d'investissement en infrastructures cotés en Europe, privilégiera justement pour financer l’opération.

En cas d’accord, l’opération redonnera de l’air à Balfour Beatty. Elle lui fournira les liquidités nécessaires pour rétribuer ses actionnaires, réduire son endettement et participer au renouveau du marché des infrastructures anglais. Outre une reprise plus dynamique, ce dernier bénéficiera en effet du vaste plan d’infrastructures présenté hier devant le Parlement anglais. Le plan prévoit ainsi de tripler sur les dix prochaines années les investissements destinés à rénover et développer le réseau routier outre-Manche, à 15 milliards de livres.

A lire aussi