La collecte des fonds d'investissement français a été dynamique

le 12/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Plusieurs sociétés ont annoncé des closings intermédiaires ou définitifs au-delà de leurs objectifs, notamment grâce à leur ouverture internationale

Les levées de fonds dans le capital-investissement se poursuivent de manière soutenue depuis plusieurs trimestres, en témoigne le retour des véhicules géants collectés par les grands gestionnaires en général américains (voir tableau). Ce constat vaut aussi sur le segment des fonds de taille moyenne (midmarket), en particulier pour les sociétés de gestion françaises. Celles-ci sont parvenues à attirer de nombreux investisseurs internationaux.

Un cas flagrant est celui de Committed Advisors, un acteur du secondaire formé en 2010 par d’anciens d’Axa Private Equity – aujourd’hui Ardian, l’un des principaux acteurs mondiaux dans ce métier. Une belle carte de visite dans le milieu, qui leur a permis d’annoncer pendant l’été la clôture de leur véhicule de deuxième génération à 500 millions d’euros, soit 100 millions de plus que leur objectif initial.

«La demande a atteint 750 millions d’euros, mais cela nous aurait obligé à modifier le hard cap et diluer davantage que convenu nos premiers souscripteurs, indique à L’Agefi Daniel Benin, associé gérant de Committed Advisors. Les investisseurs français représentent 15% du montant du fonds, ceux du reste de l’Europe 65% et les Nord-Américains 20%. En raison du succès de la collecte, nous n’avons pas eu le temps de solliciter de souscripteurs asiatiques ni du Moyen-Orient.» Face aux mastodontes que sont Ardian, Lexington ou Coller (capables de réunir plusieurs milliards d’euros ou de dollars), le gestionnaire s’est positionné sur des transactions midcap, comprises entre 1 et 75 millions d’euros.

Ce type de succès s’est rencontré dans les différents segments du non-coté. Par exemple les fonds de dette. Hier, Idinvest a annoncé avoir franchi les 235 millions d’euros pour son fonds de dette mezzanine Private Debt III, qui devrait dépasser son objectif de 300 millions d’euros d’ici à la fin de l’année. Toujours dans la mezzanine, ActoMezz a franchi le cap des 150 millions pour son deuxième véhicule et vise les 200 millions. Alors que les étrangers étaient absents d’Acto Mezzanine 1, ils ont apporté un tiers du montant du premier closing et devraient représenter 20% du montant final.

Le capital-développement n’est pas en reste: Edmond de Rothschild Investment Partners (EdRIP) a réuni 300 millions d’euros dans Winch Capital 3, soit 50 millions de plus que prévu. Plus franco-français, il a malgré tout attiré le Fonds européen d’investissement et 10% du fonds proviennent de family offices.

Collecte sur les fonds de capital-investissement.
ZOOM
Collecte sur les fonds de capital-investissement.

A lire aussi