La Caisse des dépôts s'apprête à accueillir son nouveau patron

le 14/05/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Pierre-René Lemas est auditionné aujourd'hui par les parlementaires, étape nécessaire avant sa nomination comme directeur général

Pierre-René Lemas - Photo L.Blevennec-Présidence de la République

Pierre-René Lemas passe son grand oral. L’ex-secrétaire général de l’Elysée, proposé pour prendre la direction générale de la Caisse des dépôts et consignations, est auditionné ce matin par la commission des finances de l’Assemblée nationale, comme le veut la procédure. Il en fera de même dans l’après-midi avec les sénateurs. Le feu vert des parlementaires –avec un veto fixé aux trois cinquièmes des suffrages exprimés dans chacune des chambres– est indispensable avant que la nomination passe en Conseil des ministres. Le prochain étant prévu le 21 mai, Pierre-René Lemas pourrait alors prendre ses fonctions rue de Lille avant la fin du mois.

Le successeur de Jean-Pierre Jouyet, que ce dernier a lui-même remplacé à l’Elysée à l’occasion d’un échange de fonctions inédit, ne devrait pas présenter aujourd’hui ses ambitions pour la Caisse. Il devra plutôt expliquer en quoi sa personnalité et son parcours sont en adéquation avec le poste, de la même manière que Jean-Pierre Jouyet avait été interrogé en 2012 sur le risque de conflit d’intérêts entre ses anciennes fonctions de président de l’AMF et celle de directeur général de la CDC.

De ce point de vue, le «swap» décidé par l’Elysée a fait débat à plusieurs égards. Jean-Pierre Jouyet sera resté moins de deux ans à la Caisse des dépôts alors qu’il en a profondément remanié l’organigramme et a vendu aux équipes un nouveau plan stratégique. Le tout à un moment où l’institution, financièrement diminuée, se confronte à de nombreux dossiers chauds, dont l’avenir de CNP. Pierre-René Lemas, ancien préfet, n’a en outre pas un profil de financier, contrairement à ses prédécesseurs, souvent issus de l’inspection des finances.

Enfin, alors que le mandat de DG de la Caisse dure cinq ans, le nouvel arrivant, qui a fêté en février ses 63 ans, approche de la limite d’âge de 65 ans pour les hauts fonctionnaires. Cette dernière est cependant prorogeable de deux ans sous conditions. «Le précédent mandat ayant déjà été écourté, il y a fort à parier que la limite d’âge sera repoussée», confie un proche du dossier. En interne, le CV de Pierre-René Lemas est aussi considéré avec bienveillance –par la CGT, notamment– en raison de sa connaissance des collectivités locales, interlocuteurs naturels de la Caisse des dépôts. L’ancien préfet de Corse connaît en particulier sur le bout des doigts le dossier SNCM, qu'il aura à traiter en priorité.

A lire aussi