Wendel profite de ses choix africains

le 04/03/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La société d'investissement cotée a augmenté sa participation dans le fournisseur d'infrastructures de téléphonie IHS, dont la valeur a triplé

Le choix de Wendel de se tourner vers l’Afrique se révèle pour l’instant judicieux, à la lumière des performances financières de IHS Holding. Le fournisseur d’infrastructures de téléphonie mobile, basé au Nigeria, a quasiment triplé sa valeur en l’espace de 16 mois.

Au moment où l’investisseur français devenait son actionnaire de référence en octobre 2012, à travers une augmentation de capital de 125 millions de dollars (97 millions d’euros à l’époque) pour une participation de 25%, IHS était valorisé 350 millions de dollars, soit 14 fois son Ebitda. L’augmentation de capital de 420 millions de dollars annoncée hier par IHS a été réalisée sur la base d’une valeur proche d’un milliard de dollars (725,5 millions d’euros). Soit approximativement 2,8 fois plus. Par rapport à la précédente injection de capital, qui date de juillet 2013, la valeur de la société s’est appréciée de 30%.

Wendel a exercé la totalité de ses droits de souscription dans l’opération, soit un investissement de 152 millions. Il renforce sa participation dans la société, dont il est désormais actionnaire à hauteur de 35%. Depuis son entrée au capital d’IHS, il lui aura consacré 428 millions. Ces 12 derniers mois, IHS a levé 1,5 milliard de fonds propres.

A l’occasion de l’opération, trois investisseurs font leur entrée: Goldman Sachs, IFC Global Infrastructure Fund et Africa Infrastructure Investment Managers (qui réunit la banque Macquarie et le sud-africain Old Mutual). Parmi les autres actionnaires historiques (Emerging Capital Partners, Société Financière Internationale, FMO et Investec Asset Management), certains, dont l’identité n’a pas été précisée, ont également participé à l’opération.

L’investisseur entend suivre ainsi le développement exponentiel de l’entreprise: sur un continent où les infrastructures de téléphonie filaire sont quasiment inexistantes ou inopérantes, la colocation des tours télécoms par les opérateurs connaît un succès grandissant. Fin 2012, IHS gérait environ 5.700 tours, dont 3.000 qu’il détenait en propre. Depuis, son parc atteint 10.500 tours, dont 5.300 en propre, au Nigeria, au Cameroun et en Côte d’Ivoire. Récemment, il a signé un accord préliminaire concernant 1.200 sites en Zambie et au Rwanda. L’argent frais permettra à la société de poursuivre ses acquisitions et ses investissements.

A l’augmentation de capital se greffe une dette senior de 70 millions de dollars, apportée par Standard Chartered, qui financera l’expansion d’IHS en Zambie.

A lire aussi