Le Parlement chypriote sème le trouble

le 28/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Parlement chypriote a rejeté hier un plan gouvernemental de privatisations exigé par les bailleurs de fonds internationaux. De quoi remettre en cause le déblocage d'une nouvelle tranche d'aide de 236 millions d’euros le mois prochain dans le cadre de l'accord conclu en mars 2013 avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international. Le vote a été des plus serrés: 25 voix pour, 25 voix contre et cinq abstentions. Avant ce vote, des centaines de manifestants s'étaient rassemblés devant le Parlement à Nicosie pour dire leur refus de ce plan réclamé en échange d'une aide de 10 milliards d'euros. On ignorait hier soir ce que va faire le gouvernement, qui pourrait convoquer une nouvelle session pour débattre d'un projet amendé. Il a approuvé une feuille de route passant par la privatisation de l'opérateur télécoms Cyprus CyTA, de Cyprus Ports Authority et du distributeur d’électricité EAC.

A lire aussi