Lacourte Balas Raquin enrôle deux associés de Gide et change de nom

le 11/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le cabinet d’avocats va être rebaptisé Lacourte Raquin Tatar. Spécialiste de l'immobilier, il poursuit sa diversification dans les M&A

Deux associés supplémentaires de Gide Loyrette Nouel rejoignent le cabinet d’avocats Lacourte Balas Raquin. Serge Tatar et Renaud Rossa, spécialistes des fusions-acquisitions, prendront leurs fonctions lundi prochain. La société sera alors rebaptisée Lacourte Raquin Tatar: Jean-Claude Balas, l’un des deux fondateurs aujourd’hui sexagénaires, a décidé de prendre du champ. «Thierry Lacourte et lui m’ont donné les clés du cabinet dans un souci de transmission. Je vais désormais en partager la conduite avec Serge Tatar», annonce Jean-Jacques Raquin, 55 ans.

Cet expert de l’immobilier est lui-même venu fin 2011 de Gide, où il était associé depuis 20 ans. Deux anciens collaborateurs l'ont suivi quelques mois plus tard et sont aujourd'hui associés. Auparavant, Sébastien Bonnard, un autre avocat de Gide spécialiste de l’arbitrage, avait déjà rejoint le cabinet. Tous ces départs ne sont pas anodins pour Gide qui subit une vague de défections. La semaine dernière, le quotidien Les Echos indiquait que trois associés M&A, Youssef Djehane, Antoine Bonnasse et Jean-Emmanuel Skovron, vont créer leur propre structure, tandis qu’Erwan Le Douce-Bercot, un autre associé du pôle immobilier, rejoint Freshfields Bruckhaus Deringer. En début d’année, Olivier Puech, son patron du restructuring, rebondissait chez Bredin Prat. A l’automne dernier, Alban Caillemer du Ferrage et son équipe de produits dérivés partaient chez JonesDay. Le cabinet a lancé la contre-offensive en annonçant des recrutements imminents.

Chez Lacourte Raquin Tatar, Jean-Jacques Raquin réfute toute alliance de circonstance. «Nous sommes unis par des liens humains, la dimension entrepreneuriale de notre projet et le constat que les cabinets doivent faire évoluer leur stratégie, assure-t-il. Nous pratiquons des honoraires raisonnables et nous nous concentrons sur certains domaines.» Outre le conseil aux grands donneurs d’ordre de l’immobilier (promoteurs, foncières, etc) qui représente la moitié de son activité, le cabinet est actif en fiscalité et contentieux. Il pousse ses pions dans les fusions-acquisitions avec Serge Tatar et Renaud Rossa, respectivement spécialistes du transport et des télécoms. «Nous pourrions continuer à nous renforcer dans le conseil corporate et financier», indique Jean-Claude Raquin. Parmi ses clients, le cabinet compte plusieurs banques comme BNP Paribas et Oddo & Cie. Il affiche désormais 12 associés et 18 collaborateurs.

A lire aussi