La SEC refuse que le Nasdaq offre des services de trading algorithmique

le 16/01/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La décision a été saluée par les gros courtiers qui reprochent aux opérateurs boursiers de bénéficier de la couverture des autorités en cas de perte.

Légende : La SEC refuse que le Nasdaq offre des services de trading algorithmiques - Photo : REA

Nasdaq OMX voit ses projets stoppés par la SEC. L’autorité américaine des marchés a rejeté pour la première fois de son histoire le projet de l’opérateur qui voulait offrir une batterie d’algorithmes utilisés par les opérateurs de marché, dans le but d’enrayer la baisse des volumes traités sur le marché américain.

Raison invoquée par la SEC pour justifier sa décision : le Nasdaq n’a pas réussi à fournir «une analyse suffisante sur la manière dont l’immunité réglementaire imposerait une barrière injustifiée à la concurrence», notamment vis-à-vis des sociétés de courtage qui fournissent ce type de services.

«Cette décision va créer un précédent. Jusqu’à présent, l’opinion du secteur était que la SEC se range du côté des opérateurs quand ils soumettent une demande d’offre de nouveaux services» estime Christopher Nagy, un consultant cité par le Financial Times. Et Bruce Weber, professeur à l’université du Delaware d’ajouter que «la SEC rechigne à approuver des règles qui sont susceptibles d’avoir un effet déstabilisant sur les marchés».

La décision a été saluée par la Sifma, représentant notamment les intérêts des grosses sociétés de courtage, qui alertait en octobre dernier les autorités sur le fait que, selon elle, «il serait incongru que le Nasdaq soit autorisé à bénéficier du bouclier des régulateurs contre ses responsabilités, alors que les fournisseurs d’offres algorithmiques concurrentes offrant les mêmes services assument une responsabilité illimitée». Un point qui constitue le nœud de la discorde entre opérateurs et courtiers sur le niveau de responsabilités de chacun en cas de problèmes, suite à la perte de 500 millions de dollars que ces derniers ont subie lors de l’introduction en Bourse des actions de Facebook l’année dernière.

Le Nasdaq attend que la SEC rende son verdict, qui devrait intervenir dans les prochaines semaines, sur son offre volontaire de 62 millions de compensations financières aux courtiers dans cette affaire. L’opérateur américain a néanmoins déjà fait valoir qu’il n’était pas légalement contraint de transiger.

Parallèlement, le Wall Street Journal rapportait hier que l’enquête de la SEC visant le CBOE sur un éventuel manquement à ses obligations de régulateur de marché, l’aurait contraint à envisager de remplacer trois des 15 membres de son conseil d’administration.

A lire aussi