UBS recentre sa banque d'investissement

le 30/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

Elle annonce la suppression de 10.000 postes

Le siège d'UBS à Zürich. Photo: Gianlucca Colla/Bloomberg

«UBS prévoit qu'en 2015 les effectifs devraient atteindre près de 54.000 personnes au lieu des 64.000 personnes d'aujourd'hui» précise dans un communiqué ce mardi matin la banque helvétique. Une réduction d’effectifs conséquence d’une profonde réorientation de sa banque d’investissement, qui à l’avenir «se concentrera sur ses points forts traditionnels dans le conseil, l'analyse financière, les actions, les changes et les métaux précieux». C’est ainsi qu’à l’inverse elle se retirera de ses activités obligataires, «abandonnant certaines lignes de métier, principalement celles dans le revenu fixe devenues peu rentables suite aux changements d'ordre réglementaire et à l'évolution des marchés».

UBS fait ainsi plusieurs constats: certaines «lignes de métier ne parviennent pas à couvrir leur coût du capital de manière durable» et certains « domaines sont caractérisés par une grande complexité opérationnelle ou des risques de perte extrême susceptibles de peser sur ses rendements futurs».

La banque attend de cette restructuration des économies de coûts annuelles supplémentaires de 3,4 milliards de francs suisses (2,8 milliards d’euros), venant s’ajouter à celles de 2 milliards annoncés en août 2011, pour un montant total de 5,4 milliards d’ici 2015. Le plan doit aussi lui permettre d'atteindre un rendement annuel de ses fonds propres d'au moins 15% à compter de 2015, en ramenant son coefficient d'exploitation entre 60% et 70%.

UBS prévoit des charges de restructuration de 3,3 milliards qui se répartiront sur les trois prochaines années. Ces coûts, qui s'ajoutent à des dépréciations d’actifs, se traduiront par une perte au titre du quatrième trimestre et sur l'ensemble de l'exercice. Le groupe a d’ailleurs accusé une perte nette de 2,17 milliards de francs au titre du trimestre passé, alors que le consensus Reuters anticipait un bénéfice net de 457 millions de francs.

Le titre, qui avait bondi de 7,3% à Zurich lundi avant l'annonce de cette restructuration, gagnait encore 4,57% à 13,72 francs, à 13h00.

A lire aussi