Icade refinance par avance les besoins de Silic

le 25/07/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les crédits de 1,55 milliard d'euros que vient d'obtenir la foncière lui permettent aussi d'anticiper son pic de remboursement en 2014

Icade prépare l’avenir avec Silic. Conseillée par Willkie Farr, la filiale de la Caisse des dépôts, qui dévoile aujourd’hui ses résultats trimestriels après-Bourse, vient de signer un refinancement bancaire de 1,55 milliard d’euros en trois tranches. Ce «club deal» lui permettra notamment de couvrir les besoins de la filiale de Groupama, avec laquelle elle est en cours de rapprochement. Ce mariage risque pourtant de mettre encore un an à se concrétiser, car la décision de conformité délivrée par l'AMF sur l'offre d'échange fait l'objet de deux recours en annulation. La cour d’appel de Paris doit statuer au printemps 2013.

La première tranche du financement consiste en un crédit moyen terme de 625 millions d’euros à 5 ans, amortissable à 50% la quatrième année. Elle doit couvrir les besoins combinés des deux foncières. Icade mettra en particulier à disposition de Silic une avance de 50 millions d’euros à 12 mois, et un prêt intragroupe de 350 millions à 5 ans destiné à couvrir les échéances de 2012 et début 2013 de Silic. La filiale de Groupama fait face sur la période à un peu plus de 500 millions d’euros d’échéances bancaires.

Le pic de remboursement du nouvel ensemble surviendra cependant en 2014, du fait des tombées bancaires de Silic (336 millions) et surtout de l’échéance d’un crédit syndiqué de 900 millions accordé à Icade. Pour anticiper une partie de l’obstacle et lisser son profil de remboursement, le groupe a signé un crédit à départ décalé (forward start facility), une formule très en vogue en 2009. Ce crédit, de 375 millions d’euros à 3 ans, ne démarrera qu’en 2014.

Enfin, pour assurer ses arrières, le groupe a signé une troisième tranche de 550 millions d’euros sous forme de crédit renouvelable. «Icade disposera de presque un milliard de lignes disponibles» au total, indique-t-elle. Alors que la foncière de la Caisse des dépôts affichait un coût moyen de sa dette de 4,08% en début d’année, cette opération «aura un impact favorable» en raison du niveau actuel des taux.

Pour ce financement corporate, par opposition aux financements hypothécaires adossés à des actifs qui se sont multipliés cette année dans le secteur des foncières, Icade a essentiellement trouvé preneur auprès des banques françaises. Hormis Lloyds TSB, les arrangeurs de la transaction sont la BECM (Crédit Mutuel), BNP Paribas, CA CIB, HSBC France, Natixis et la Société Générale.

A lire aussi