L’aviation civile devrait soutenir les transactions dans l’aéronautique en 2012

le 23/03/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La consolidation concernerait en premier lieu les fournisseurs des avionneurs commerciaux, le segment de la défense étant davantage en retrait

L’industrie aéronautique et de la défense a connu à l’échelle mondiale une année particulièrement florissante en 2011 avec un doublement de la valeur des transactions à 43,7 milliards de dollars (33,1 milliards d’euros) par rapport à 2010, indique l’étude «Mission Control» récemment publiée par PwC.

Bien que 6 transactions sur un total de 341 aient dépassé le seuil du milliard de dollars, «la majeure partie du volume des transactions est composée d’opérations de taille plus modeste, les grands acteurs du secteur ayant utilisé leurs liquidités pour acquérir de la croissance», relève le cabinet d’audit. Même en excluant la plus importante opération de l’histoire du secteur, à savoir le rachat de Goodrich par United Technologies (UTC) en septembre dernier pour plus de 16 milliards de dollars, la valeur moyenne des transactions a fortement augmenté (81 millions de dollars contre 66 millions un an plus tôt).

Le contraste entre le dynamisme de l’aéronautique civile et les incertitudes de la défense, suite à la baisse des budgets militaires en Europe et aux Etats-Unis, fera sentir ses effets dans l’évolution des transactions de cette industrie en 2012. Confrontés à des risques importants de rupture d’approvisionnement, les grands constructeurs d’avions commerciaux seront incités à racheter certains équipementiers, tandis que «certains fournisseurs de l’industrie pourraient se rapprocher, tant il paraît primordial d’accroître son champ d’action et de renforcer son positionnement et sa capacité de financement».

Les acteurs de la défense auront de leur côté tendance à rationaliser leur portefeuille d’activités en se concentrant sur certaines poches de croissance (systèmes télépilotés, cyber-sécurité). UTC a annoncé la semaine dernière 3 milliards de dollars de cessions d’actifs d’ici à fin 2012 suite à la reprise de Goodrich. Une caractéristique commune aux deux segments est la trésorerie abondante des grands intervenants, dont une partie pourrait être utilisée pour des rapprochements stratégiques.

Les mouvements de consolidation transfrontaliers devraient également se renforcer sous l’influence des sociétés chinoises et indiennes qui, après avoir bénéficié de l’aide technologique apportée par les entreprises occidentales, cherchent désormais à s’internationaliser, tandis que les groupes européens continueront à s’intéresser au marché militaire américain.

fusions acquisitions
ZOOM
fusions acquisitions

A lire aussi