Antoine Gosset-Grainville assurera l'intérim à la tête de la CDC

le 21/02/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Des décisions importantes attendent le directeur intérimaire. Certains regrettent un choix trop proche du gouvernement

Depuis hier, la question de la vacance du pouvoir à la tête de la Caisse des dépôts (CDC) ne se pose plus: dans un communiqué de presse, l’institution publique indique que son directeur général «Augustin de Romanet a informé […] son comité de direction […] de sa décision de désigner Antoine Gosset-Grainville, directeur adjoint de la Caisse des dépôts, en tant que directeur assurant l’intérim en cas d’absence ou d’empêchement […]». En effet, depuis un décret du 18 août 2008 modifiant le Code monétaire et financier, le responsable de la Caisse doit désigner parmi les sept membres du comité de direction de la CDC celui qui sera chargé d’assurer un éventuel intérim ou une vacance.

Le mandat d’Augustin de Romanet à la tête de la CDC s’achève le 7 mars. Depuis le 11 janvier et les vœux du président Nicolas Sarkozy, l’on savait que les postes vacants à la tête des établissements publics jouant un rôle économique ou social clé pour le pays ne seraient pas pourvus avant l’élection présidentielle d’avril-mai (une décision qui devrait même repousser la nomination après les élections législatives, l’Elysée devant consulter la commission des finances). Depuis, les rumeurs allaient bon train sur les manœuvres prêtées à l’Elysée en coulisses pour nommer un fidèle dans cette institution clé avant des élections présidentielle et législative aux résultats très incertains.

En janvier dernier, les syndicats de la CDC s’inquiétaient d’une vacance du pouvoir pendant cette période. Dans une lettre ouverte, ils plaidaient même pour le maintien d’Augustin de Romanet à son poste – au prix d’un aménagement législatif – afin de garantir une certaine neutralité de l’institution face aux importantes décisions à prendre dans de nombreux dossiers (Dexia, la banque des PME, Veolia Transdev, etc.).

Le choix d’Antoine Gosset-Grainville, ancien directeur de cabinet adjoint du Premier ministre François Fillon jusqu’en 2010, fait bondir certains. «La nomination va à l’encontre d’une certaine tradition, qui voulait que le secrétaire général assure l’intérim», proteste Jean-Philippe Gasparotto, secrétaire général CGT de la CDC, qui craint que le dirigeant intérimaire soit une courroie de transmission du gouvernement. Le secrétaire général actuel, André-Laurent Michelson, centriste, est réputé moins proche du pouvoir.

A lire aussi