Eurazeo court-circuite les velléités d’IPO de la marque Moncler

le 07/06/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le fonds rachète 45 % du groupe pour 418 millions d'euros, une semaine après le feu vert des autorités pour une cotation à Milan

Moncler met en veille son projet d’IPO pour s’offrir à Eurazeo. Alors que le groupe franco-italien, dit «de luxe» avait reçu le feu vert des autorités pour introduire environ 50% de son capital à la Bourse de Milan ce mois-ci, c’est une tout autre solution qui a été privilégiée avec l’annonce hier d’une entrée surprise d’Eurazeo à hauteur de 45% dans son capital pour un montant payé de 418 millions d'euros. Raison invoquée: l'instabilité des marchés actions. Cette prise de participation permettra à Remo Ruffini de conserver 32% du capital (contre 52%) ainsi que son siège de président et directeur artistique de la marque. Carlyle verra sa participation réduite de 48% à 17,8% et Brands Partners 2 de 13,5% à 5%. En termes de gouvernance, Eurazeo aura cinq administrateurs sur dix.

Cette transaction valorise le fabricant de vêtements haut de gamme à 928 millions d’euros dette non comprise, soit une valeur d’entreprise dette nette incluse de 1,1 milliard. «Le timing de la revente de cette participation par les actionnaires de Moncler est idéal compte tenu des excellents résultats 2010» estime Aurel BGC. Le chiffre d'affaires a progressé de 14,8% en 2010 à 429 millions d'euros, tirant le résultat opérationnel de 36% à 88,8 millions et le résultat net de 48% à 52,2 millions.

L’opération fait ainsi ressortir une valorisation de 12,4 fois l’Ebitda sur l’exercice 2010 et de 8,1 fois sur la base des estimations 2012 faite par CM-CIC Securities. Une décote par rapport au secteur qui se paie 9,1 fois le ratio 2012. «Ceci se justifie par le fait que le groupe n’est pas un groupe de luxe à part entière et encore très/trop spécialisé sur les doudounes» selon CM-CIC.

Patrick Sayer, président du directoire d'Eurazeo, a précisé que si le projet d’IPO de Moncler est abandonné dans les mois à venir, il reste un objectif stratégique à moyen terme. Sous l’impulsion de Remo Ruffini qui a repris le groupe en 2003 et de Carlyle, entré au capital en 2008, Moncler a opéré une mutation vers le commerce de détail via le développement d’un parc de magasins. Le groupe réalise 78% de son chiffre d'affaires en Europe (dont 43% en Italie), les marchés asiatique et américain pesant respectivement 16% et 6% de ses ventes. Euroazeo vise un renforcement de sa présence en Italie, France, Allemagne ou Chine, mais aussi la pénétration de la Corée du Sud et de la Russie et l'ouverture de magasins au Brésil.

A lire aussi