Le FMI minimise l’impact de la flambée pétrolière

le 28/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

«La hausse d'une dizaine de dollars par baril depuis la mi-janvier s'explique par un risque accru pour l'offre pétrolière en raison des événements survenus en Afrique du Nord et au Proche-Orient mais la valorisation actuelle du marché laisse penser qu'il ne s'agira pour l'essentiel que d'un choc momentané», a déclaré vendredi un porte-parole du FMI. Toutefois, si les cours continuent de monter en raison de nouvelles perturbations de l'approvisionnement, les répercussions sur la croissance mondiale «pourraient devenir notables». «Mais ce n'est pas ce que nous prévoyons, ni ce que le marché prévoit», a-t-il toutefois ajouté. Des propos qui se veulent rassurants alors que l’Arabie Saoudite a décidé d’augmenter sa production de pétrole à plus de 9 millions de barils par jour (bpj), selon une source industrielle citée par Reuters. Selon les calculs de l’agence, cela représenterait une hausse de 700.000 bpj, soit 8%, par rapport à janvier.

A lire aussi