Natixis Corporate Solutions prend un nouvel élan dans les pays émergents

le 15/02/2011 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le groupe dément le départ de deux dirigeants. Il veut renforcer sa présence dans le conseil en produits dérivés auprès des grands comptes

Après avoir fait profil bas pour avoir provoqué de lourdes pertes au sein de sa maison-mère BPCE, Natixis cherche à étendre ses franchises les plus réputées. Parmi elles, Natixis Corporate Solutions (CS), ex-Nexgen, une filiale spécialisée dans la structuration de produits dérivés ayant une composante d’actions, qui fonctionne avec un fort degré d’autonomie.

«L’activité de Natixis Corporate Solutions a connu un fort développement en 2010. En Europe, ses activités ont déjà été regroupées pour bâtir une plate-forme intégrée de produits equity-linked au sein de Natixis. Nous nous sommes demandés que faire de plus pour les pays émergents», explique à L’Agefi De Doan Tran, responsable de la banque de financement et d’investissement (BFI) de Natixis.

Trois de ses dirigeants historiques (Luc Giraud, également membre du comité exécutif, Ravi Viswanathan et François Robey) ont été détachés de leurs responsabilités opérationnelles pour se consacrer au projet d’expansion de Natixis CS sur certains marchés émergents, en l’espèce l'Asie, le Moyen-Orient et la Russie – en revanche, le Brésil et la Chine continentale (hors Hong-Kong) sont exclus. L’établissement dément ainsi la démission des deux premiers dirigeants - évoquée lundi par Les Echos - affirmant qu’ils restent salariés de l’entreprise.

«Notre objectif est de travailler avec un nombre limité de grands clients. Ces derniers, dans les pays émergents, revêtent souvent une dimension patrimoniale. Ils attendent davantage que la simple structuration de produits», poursuit De Doan Tran. L’idée est donc de bâtir une véritable activité de conseil, au-delà du savoir-faire en structuration. Les activités de la filiale incluent les restructurations de capital et des portefeuilles de participations, les couvertures, les appels au marché, etc. dans le cadre de transactions confidentielles et, à ce titre, rarement syndiquées.

Les discussions autour du projet sont en cours et devraient aboutir au début de l’été. La nature précise de l’organisation reste à déterminer. Lorsqu’elle le sera, les équipes asiatiques travaillant pour Natixis CS rejoindront la nouvelle structure. Mais la direction précise que des partenariats, voire l’entrée au capital de la structure de partenaires locaux, notamment des banques d’affaires, font partie des pistes étudiées, de même qu’une prise de participation des trois responsables historiques de Natixis CS.

A lire aussi