Eurazeo enregistre le départ de l’une de ses figures historiques

le 20/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Gilbert Saada va quitter la holding cotée suite à des divergences stratégiques. Le directoire d'Eurazeo s'est profondément renouvelé depuis trois ans

Photo: Agefi

Le directoire d’Eurazeo enregistre un nouveau départ: celui de Gilbert Saada, l’un des quatre directeurs des investissements de la holding de participations cotée, un acteur historique du capital-investissement. La décision a été prise mercredi dernier en conseil et sera effective début janvier.

Cette péripétie est une forme de divorce. Si Eurazeo s’abstient de tout commentaire, des sources proches des protagonistes confirment des divergences stratégiques, évoquées vendredi par les Echos. Gilbert Saada était opposé aux prises de participation minoritaires dans des sociétés cotées, estimant que cette stratégie ne correspondait pas à celle d’un investisseur professionnel. Les faits lui ont en partie donné raison. La prise de participation de 5,3% dans l’américain Station Casinos fin 2007 aux côtés de Colony Capital s’est révélée un fiasco : en 2009 la société s’est placée sous le régime des faillites. Tandis que l’entrée au capital du groupe hôtelier Accor, toujours aux côtés de Colony Capital en 2008, a mis deux ans à porter ses premiers fruits avec la scission d'Edenred cet été.

Certains estiment qu’une forme de rivalité s’était installée entre Patrick Sayer, le président du directoire, et Gilbert Saada. Ce conflit a donc laissé des traces. Selon une source proche, l’ex-codirecteur aurait même été poussé vers la sortie. Il se serait vu reprocher une fermeté excessive vis-à-vis d'intermédiaires et de dirigeants d’entreprises. Une explication qui étonne son entourage, de même que certains chez Eurazeo.

Toujours est-il que Gilbert Saada était un pilier de la holding. Entré en 1999, il en était membre du directoire depuis 2002. Il a notamment mené l’acquisition d’Eutelsat en 2004, puis celles d’Oberthur et de Terreal. Sa dernière opération, sur la société Elis, datait de 2008, sans compter la restructuration d'Europcar. Mais le peu d’activité depuis deux ans (on peut citer la cession de B&B en septembre et la vente de titres Danone), crise financière oblige, concerne l’ensemble Eurazeo. En 2010, la société a convoité sans succès Courtepaille, Montblanc Materne, Sebia, Spotless et Picard.

Le directoire d’Eurazeo s’est profondément renouvelé depuis 2007: Virginie Morgon a remplacé Xavier Marin, parti créer Fondation Capital, tandis que Luis Marini-Portugal et Fabrice de Gaudemar ont été promus au sein du directoire.

A lire aussi