Dexia confie à Alain Clot les rênes du Crédit Local

le 20/12/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'ancien patron de SGAM succède à Pascal Poupelle à la tête d'un métier dont le modèle de développement reste à repenser

Dexia aborde 2011 avec un état-major remanié. La banque franco-belge a annoncé vendredi un élargissement de son comité de direction, un mouvement censé refléter les grandes orientations du plan stratégique à l'horizon 2014 présenté cet automne. Avec, en creux, un changement marquant: le départ de Pascal Poupelle, directeur général de Dexia Crédit Local (DCL) et patron mondial de l’activité financement du secteur public et de gros.

Ancien de Calyon, Pascal Poupelle était arrivé en 2008 pour redresser l’activité de prêts aux collectivités locales et la recentrer sur la France et la Belgique. De sources proches, ses relations plutôt fraîches avec Pierre Mariani, président du directoire et administrateur délégué du groupe, expliqueraient son départ. Ce n’est pas le premier dirigeant à quitter le Crédit Local cette année. La reprise en main logique par la holding Dexia de ses différentes filiales bancaires aurait contribué au départ du secrétaire général et du patron de l’informatique.

Le successeur de Pascal Poupelle, Alain Clot, aura fort à faire. L’ancien patron de Société Générale Asset Management, qui avait laissé les rênes du gestionnaire d’actifs lorsque ce dernier a été emporté par la crise financière, avant d’effectuer un passage au Crédit du Nord, reprend un métier en perte de vitesse. Entre 2008 et 2010, DCL a volontairement divisé par 2,5 sa production de prêts aux collectivités, abandonnant sa place de numéro un du marché en France aux Caisses d’Epargne. La réduction du bilan va se poursuivre, mais c’est tout le modèle du financement des collectivités locales qui doit être revu. Contrairement à la partie belge, Dexia Crédit Local n'a pas de dépôts. D’où les rumeurs récurrentes d’un adossement de la filiale française à une partie des ressources de la Banque Postale.

En 2014, l’activité public & wholesale finance devrait ainsi être la moins contributrice aux résultats du groupe, à hauteur de 18%, derrière la gestion (21%), la banque de détail en Turquie (27%) et en Belgique / Luxembourg (33%). Dès lors, il était naturel que le comité de direction accueille le patron de la filiale turque, Hakan Ates. Le directeur des ressources humaines, Marc Croonen, le directeur juridique, Olivier van Herstraeten, et celui de la stratégie, Alexandre Joly - qui hérite au passage des portefeuilles d’actifs gérés en extinction -, y font aussi leur entrée.

A lire aussi