Les banques montent au créneau sur les institutions systémiques avant le G20

le 09/11/2010 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Elle redisent leur opposition à des surcharges spécifiques même si, fatalistes, elles estiment que la notion de banque systémique sera entérinée à Séoul

Si les banques estiment que la réglementation bancaire internationale ne sera pas le centre d’attention principal du G20 de Séoul les 11 et 12 novembre face aux enjeux sur les changes, elles ont néanmoins tenu à rappeler leurs positions à l'approche du sommet.

Deux sujets attendent la confirmation des Etats membres: la validation des règles de Bâle III, ainsi que la fixation de règles spécifiques à l’égard des institutions financières considérées comme systémiques (SIFI, systemically important financial institutions), dont la faillite mettrait en danger l’ensemble du système financier international.

La Fédération bancaire européenne (FBE) et son homologue française la FBF sont particulièrement remontées contre ce dernier point. Si elles ne rejettent pas que certains établissements fassent l’objet d’une supervision particulière, elles rejettent toute exigence supplémentaire en capital.

«Les surcharges ont plusieurs défauts, explique un banquier. Elles sous-entendent que les banques désignées comme systémiques seraient sauvées quoi qu’il en soit (c’est le ‘too big to fail’). Elles sont également inefficaces: elles ne seront pas décisives si elles consistent en une couche légère, ou seront insupportables. Enfin, la notion même est approximative: il n’est pas certain que Lehman Brothers eût été considérée comme systémique». Pourtant, c’est sa faillite qui a mis en péril le système financier. Le sentiment de sécurité dont bénéficieraient les banques systémiques créerait en outre une distorsion de concurrence sur les marchés.

«Il existe différents moyens pour répondre aux préoccupations des régulateurs quant aux risques systémiques, comme des mécanismes de résolution de crise appropriés, une supervision renforcée pour les SIFI et l’amélioration de la structure des marchés de dérivés OTC», explique pour sa part Alessandro Profumo, président de la FBE, dans un communiqué.

Pour les banques françaises, le traitement prudentiel doit être identique pour tous. «La notion de banque systémique devrait être entérinée, nous ne nous faisons pas beaucoup d’illusion, estime pourtant un professionnel. Mais elle doit être la plus équitable et la plus générale possible. Si le régulateur estime qu’une mesure est nécessaire pour résoudre une crise, elle doit pouvoir être applicable à toutes les banques».

A lire aussi