Prêts non performants, un risque à contenir pour les banques

le 16/07/2020 L'AGEFI Hebdo

Elles multiplient les rééchelonnements de dette et se montrent vigilantes sur les PGE. Le recours au marché secondaire est encore peu développé.

Si la part des prêts non performants (NPL) est aujourd’hui relativement maîtrisée en France (2,5 % des prêts fin 2019, contre 2,7 % en Europe), elle est appelée à croître fortement avec la crise. Et dans le contexte de taux bas, « quelques défauts suffisent à annuler la marge réalisée par les...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés

Sur le même sujet

A lire aussi