Profils gagnants

Vert par obligation

le 29/06/2017 L'AGEFI Hebdo

Jean-Philippe Saint-Martin, directeur général adjoint aux finances du Conseil régional d’Ile-de-France

Le développement durable fait consensus, y compris en politique. Lancé sous l’ère Jean-Paul Huchon, le programme d’obligations vertes de la région Ile-de-France a été reconduit par la nouvelle majorité en 2016 sous la férule de Jean-Philippe Saint-Martin, son directeur général adjoint (DGA) aux finances. Ce haut fonctionnaire, ancien élève de l’Ecole nationale d’administration et inspecteur général des finances, passé par le cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur Valérie Pécresse, actuelle présidente de la région, incarne aujourd’hui ce programme.

L’Ile-de-France est pionnière du financement vert dans le monde des collectivités locales. L’idée a germé en 2012. Depuis, ce mode de financement s’est enraciné dans la culture financière de la région avec des émissions benchmark de 500 à 650 millions chaque année. Près de la moitié du stock de dette s’est mis au vert, soit 2,7 milliards d’euros sur 5,5 milliards. « Depuis 2012, 70 % des emprunts mobilisés l’ont été via des obligations vertes », souligne Jean-Philippe Saint-Martin. Ce type de financement est presque naturel pour la région du fait de ses compétences. La quasi-totalité de ses investissements sont, par nature, verts ou durables. C’est le cas des infrastructures d’enseignement dans les lycées ou les filières supérieures dont les bâtiments doivent répondre à des normes environnementales élevées. Les transports en commun sont également du ressort de la région : « Leur développement est crucial en Ile-de-France, de même que la politique d’aménagement qui répond à des contraintes environnementales », ajoute le DGA. D’un point de vue plus politique, la poursuite du financement vert s’inscrit dans le programme de la nouvelle majorité et la conviction qu’un engagement fort dans la transition environnementale est nécessaire.

Outre l’intérêt de diversifier la base d’investisseurs, aujourd’hui plus internationale, le marché des obligations vertes est un bon relais en termes d’image. « Cela permet de nous singulariser et de démontrer notre attachement à ces thématiques », souligne Jean-Philippe Saint-Martin. Par ailleurs, le reporting, qui est le seul véritable changement dans l’organisation par rapport à une émission classique, a un effet positif pour l’ensemble de la collectivité. Il est réalisé un an après chaque émission, l’intégralité des fonds levés devant être utilisée l’année de la collecte. « La nécessité de réaliser ces ‘reportings' nous force à nous organiser collectivement pour être en mesure de faire un suivi des projets que l’on finance, s’enorgueillit ce féru du fonctionnement en mode projet. C’est un projet collectif auquel les agents peuvent s’identifier dans une démarche de progrès. »

Jean-Philippe Saint-Martin, directeur général adjoint aux finances du Conseil régional d’Ile-de-France
ZOOM
Jean-Philippe Saint-Martin, directeur général adjoint aux finances du Conseil régional d’Ile-de-France

A lire aussi