MIF 2 revoit ses exigences de transparence sur l’obligataire

le 03/11/2016 L'AGEFI Hebdo

Les banques apprécient notamment que les problèmes de liquidité et un certain « pragmatisme » aient bien été pris en compte.

Les banques dénonçaient la volonté de transposer une transparence imposée aux échanges d’actions avec la directive MIF 1 (depuis 2007) aux échanges d’obligations avec MIF 2 (en 2018), leur argument sur les problèmes de liquidité a fini par porter. L’Autorité européenne des marchés financiers ...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Hebdo

Sur le même sujet

A lire aussi