Des valorisations au plus bas

le 01/04/2010 L'AGEFI Hebdo

A fin 2009, les opérations sur les entreprises moyennes (valorisées de 15 à 150 millions d’euros) non cotées de la zone euro se réalisaient sur la base d’un multiple de valorisation médian de 6 fois l’Ebitda, selon l’indice semestriel Argos Soditic publié la semaine dernière. Il s’agit du plus bas niveau depuis que cet indice a été créé par Epsilon Research en décembre 2004. Si on est désormais loin des niveaux du premier semestre 2007, au cours duquel ces transactions se réalisaient pour 9 fois l’Ebitda, la baisse constatée fin décembre est toutefois plus limitée que sur le semestre précédent (-4 % contre -17 %), ce qui peut être le signe d’une amélioration du rapport offre/demande…

Dans un contexte de crise marqué l’an dernier par une baisse d’au moins 45 % des transactions (en volume comme en valeur), « les dégradations des performances et des perspectives de croissance des entreprises ont pesé sur les valorisations », explique l’étude, avant de souligner la quasi-disparition de certains acquéreurs - avec seulement 9 % de fonds de LBO (leveraged buy-out) - qui, lorsqu’ils interviennent, le font avec une part historiquement élevée de fonds propres (en moyenne 56 % d’une valeur qui chute pour eux à 5,7 fois l’Ebitda) ; ainsi que les industriels américains, qui tirent habituellement les valorisations vers le haut. Les acquisitions réalisées sur des sociétés en restructuration (avec Ebitda négatif) n’ont bien sûr pas été prises en compte.

A lire aussi