Salade grecque

le 06/05/2010 L'AGEFI Hebdo

Dans les banlieues cossues d’Athènes, où la température atteint facilement 35 degrés l’été, seuls 324 résidents ont coché la case « piscine » sur leur feuille d’impôt l’an dernier. Lorsque les enquêteurs du fisc grec ont étudié les photos satellites du secteur, le chiffre était carrément différent ; 16.974, selon le New York Times. Frauder le fisc est un sport national en Grèce, ce qui n’a pas manqué de jouer un rôle important dans la crise que vit le pays actuellement : le gouvernement perdrait pas moins de 30 milliards d’euros de recettes fiscales par an… Le résultat d’une longue histoire de méfiance vis-à-vis des gouvernements de cette jeune démocratie, après des années d’occupation ottomane. Maintenant, les autorités sont décidés à frapper fort et ont annoncé une réforme complète de leur système de collecte des impôts. Une mesure qui ne devrait pas encore inquiéter réellement les détenteurs de piscine : les fonctionnaires des services des impôts grecs seraient très faciles à… corrompre.

A lire aussi