Rencontre avec... Olivier Bornecque, president de l’Association française des trésoriers d’entreprise (AFTE)

« Une mutualisation sur le plan du refinancement »

le 04/02/2010 L'AGEFI Hebdo

L’AFTE a-t-elle étudié le projet de « Corporate Funding Association » ?

Ce projet nous a été présenté par ses concepteurs il y a pratiquement un an. Depuis, il a avancé. L’AFTE a indiqué qu’elle le regarderait favorablement. Un groupe de travail va donc être constitué dans le cadre de sa Commission des financements. Mais CFA n’est pas encore opérationnel et il n’appartient pas à l’AFTE de le pousser : son conseil d’administration s’est prononcé dans ce sens.

S’agit-il d’un projet utile pour les entreprises ?

Il semble par construction approprié à de grandes entreprises qui ne sont peut-être pas celles qui en ont le plus besoin. En outre, de nombreux points restent en suspens quant au montage juridique et à la montée en puissance de ce nouvel accès potentiel au crédit. Offrir une source alternative ou complémentaire de financement aux entreprises est toutefois une bonne idée.

L’appréhendez-vous comme un projet bancaire ou une forme d’accès mutualisé au crédit ?

L’établissement aurait un statut bancaire, même si son activité est unique. De ce dernier point, on peut estimer qu’il s’agit d’une mutualisation sur le plan du refinancement. Le principe est assez proche de certains groupements d’intérêts qui émettaient pour leurs membres (des travaux publics, autoroutes, etc.). Bien que dans le cas de CFA, les entreprises participantes n’appartiendraient ni toutes au même secteur d’activité ni toutes au même pays.

A lire aussi