Hogan-Lovells ne changera pas la donne à Paris

le 18/03/2010 L'AGEFI Hebdo

« Hogan & Hartson est très présent aux Etats-Unis ainsi qu’en Asie, et Lovells pèse davantage en Europe », font valoir les managing partners de chacune des deux firmes - américaine pour la première et anglaise pour la seconde - qui vont fusionner en mai prochain. Les expertises, elles aussi, se complètent : à Paris, le contentieux, par exemple, fait partie des points forts de Lovells et constitue un domaine moins développé chez Hogan. Pour la réglementation propre aux différents secteurs de l’économie, c’est l’inverse : Hogan & Hartson connaît un nombre de secteurs plus important que Lovells. Le bureau parisien de la future entité devrait occuper la quinzième place du classement des cabinets par chiffre d’affaires établi chaque année par Juristes Associés, magazine fondé par Caura Barszcz. Les français doivent-ils craindre ce nouveau géant anglo-saxon ? « Cette fusion est essentiellement défensive, estime Caura Barszcz. La naissance d’Hogan-Lovells ne modifie guère la donne sur le marché français. »

A lire aussi